Nestor Burma – Micmac moche au Boul'Mich

Micmac moche au Boul'Mich
2 images
Micmac moche au Boul'Mich - © Casterman - Barral - 2015

Le retour de l'homme à la pipe

 

Burma d'accord avec la police ce n'est pas courant, mais les faits sont là : Paul Leverrier, futur médecin, s'est bel et bien suicidé. Sa jolie fiancée, étudiante le jour et effeuilleuse la nuit, a beau être persuadée du contraire, son Paul s'est flingué et voilà tout. Mais la belle insiste et Nestor ne résiste pas aux larmes de la jeune fille, et le voilà qui se met à enquêter sur les raisons de la mort du jeune étudiant.

 

Pour sa dixième enquête, Burma plonge dans le Quartier Latin. Entre bar à strip-tease et fumeries d'opium, il explore un nouveau pan de la faune interlope du Paris des années '50.

 

Deuxième album de la licence Burma pour Nicolas Barral, qui assure dessin et scénario. Le bonhomme s'en tire avec les honneurs en adaptant une aventure qui n'est certes pas la meilleure du détective qui met le mystère KO mais qui remplit son rôle. Situé dans le 5ème arrondissement de Paris, le roman fait partie de la série "Les nouveaux mystères de Paris" dans laquelle Léo Malet s'amusait à faire découvrir la capitale française au travers d'un meurtre (ou plusieurs) par arrondissement. L'album précédent de Barral (Boulevard… ossements) était d'ailleurs tiré de la même collection. Une sorte de tourisme macabre mais réjouissant.

 

La charte graphique définie par Tardi est respectée, avec ses décors parisiens poisseux et son ambiance crépusculaire. Dommage que le talentueux Barral ne puisse insuffler plus de sa personnalité dans les planches au point qu'il finisse par disparaître derrière le style Tardisien.  Pour mieux prendre conscience de son style propre, on se référera à son album Le Cobayes, chroniqué ici.

 

En bref : un album sans prétention qui procurera un bon moment de détente et de mystère dans le vieux Paris

 

Nestor Burma – Micmac moche au Boul'Mich par Barral d'après Léo Malet chez Casterman

 

Denis MARC