Mort aux vaches

 

Ils s’appellent Ferrand, Romu, Cassidy et José et ils viennent de commettre un braquage à l’agence bancaire de Clermont l’Abbaye.  En attendant que les choses se tassent, ils se planquent dans la ferme de l’oncle de Ferrand, où l’accueil du cousin Jacky est un poil frais; il faut dire que le Ferrand, il a un peu couché avec la fiancée du Jacky (avant de virer sa cuti et de se mettre à la colle avec José).  Pendant qu’ils se font oublier, Romu et Cassidy s’envoient en l’air à tout bout de champs, cousin Jacky voue un culte à son taureau Attila, de vieilles Roumaines font du placement de fiancée en rase campagne un commerce juteux et un vieux pote gendarme fait son apparition.  Et, comme si tout cela n’était pas déjà assez compliqué pour nos braqueurs, voilà que la maladie de la vache folle menace le cheptel.

 

Hommage appuyé à Audiard et Lautner, Mort aux vaches a tout du film de gangsters français des années ’60 : des gueules, des flingues et des dialogues droits sortis de l’argot des bistrots.  Scénarisée par Ducoudray (Amère Russie, La Malbête) et dessinée par François Ravard, cette histoire de truands transposée en pleine crise d’épizootie, et ou l’on partage plus les emmerdes que le pognon sera plaisante au cœur de ceux qui connaissent les dialogues des Tontons Flingueurs sur le bout des doigts.  En plus, le tout ne manque pas d’humour…

Les planches noir et blanc de Ravard ajoutent encore une note vintage à l’ensemble.  Les gueules des personnages sont particulièrement soignées et l’on s’attendrait à voir apparaitre un Ventura ou un Blier au détour d’une case.

 

En bref : un bon moment de lecture mêlant humour et polar.

 

TITRE : Mort aux vaches

AUTEURS : Ravard & Ducoudray

EDITEUR : Futuropolis

GENRE : Polar rural

 

Denis MARC

2 images
Mort aux vaches © Futuropolis - 2016
Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity