"Monsieur Vadim", un scénario bourré d'humour et sans temps morts

Vadim Koczinsky n’est pas le plus bavard des pensionnaires du home des Chrysanthèmes de l’Esterel et puis pour autant qu’on lui laisse voir son consternant feuilleton " Les Coquillages de l’Amour ", il ne fait pas de difficulté. Problème, il s’est fait escroquer par un malfaisant et doit quitter son logement. Alors qu’il s’apprête à découvrir la mitraillette – le fleuron de la cuisine de friterie — trois voyous ont la mauvaise idée de braquer l’établissement. Ce n’est pas parce qu’on est vieux et arthritique que les réflexes d’un légionnaire sont émoussés. Vadim procède à un rapide nettoyage par le vide et est repéré par le patron du snack qui lui propose tout bonnement de devenir son homme de main. Qui a dit que la retraite était de tout repos ?

2 images
Monsieur Vadim © Grand Angle

 

Sous le soleil de la Côte d’Azur et avec un subtil mélange d’accent de là-bas et d’accent d’ici, Tanco et Gihef nous proposent un nouveau héros dans un scénario bourré d’humour et sans temps morts. Gihef – au scénario — nous entraîne dans une guerre de gangs belgo-provençale qui ne manque pas de saveur. Si vous pensiez que les BD 3ème age friendly se limitaient à trois gentils petits vieux un peu anars, il va falloir revoir votre opinion en vitesse car Vadim se situe bien plus entre Dirty Harry et Papy Simpson que du côté des personnages de Cauuet et Lupano, le tout avec une sorte de détachement réjouissant vis-à-vis des événements.

Tanco qui a signé précédemment les planches des adaptations en BD de la jeunesse de Pagnol reste donc dans une ambiance méditerranéenne pour les décors. Ses personnages sont typés à souhait, voire caricaturaux dans leurs expressions mais tout ça sert à merveille le scénario.

Bref, qui l’emportera entre le blanc de bœuf et l’huile d’olive, il faudra attendre le 2ème tome de ce diptyque pour le savoir, espérons que ce ne soit pas trop long.

TITRE : Monsieur Vadim

AUTEURS : Tanco (D) et Gihef (S)

EDITEUR : Grand Angle

Cotation Mon Petit Neuvième : 9/10