Mickey's Craziest Adventures

 

Picsou a été dévalisé, tout son bon argent a disparu !! A tous les coups, les Rapetou et Pat Hibulaire sont derrière ce forfait sans nom réalisé grâce à une machine à rapetisser de Géo Trouvetou. Mickey et Donald se lancent à la poursuite des forbans de la jungle à l’espace en passant par les fonds sous-marins.

 

Au départ d’une idée loufoque - on a retrouvé de vieux exemplaires du journal de Mickey, mais il manque certains numéros -, Trondheim et Keramidas créent une aventure délirante et elliptique (puisque ne sont proposées que les pages manquantes redessinées pour l’occasion) où les deux auteurs convoquent le ban et l’arrière-ban de l’écurie Disney. De Donald aux Castors Juniors en passant par Géo Trouvetout, tout le monde est là.
Rencontre avec Kéramidas, le dessinateur.

 

En quoi le projet " Mickey vu par… " vous intéressait-il ?

NK : En fait, j’ai travaillé 9 ans pour les Studios Disney en animation. Quand on voit son nom au générique, on est très fier mais on se rend compte qu’on est 2000 au générique et qu’on n’est qu’un maillon d’une immense chaine. Quand j’ai entendu parler de ce projet, l’idée de " revenir au générique " d’un Mickey mais cette fois à la création, je ne voulais pas passer à côté.

Pas question de faire n’importe quoi avec Mickey, il a fallu l’aval des Studios pour travailler sur cet album ? Quelle liberté de ton avez-vous eue ?

NK : On a eu une totale liberté, jusqu’à la fin. Ils nous ont juste fait changer certains mots de vocabulaire, certaines références. Surtout dans le texte, plus que dans le dessin. En même temps, il n’y a pas eu de " censure " parce que l’idée n’était pas de casser le jouet. Aucun de nous ne voulait faire la révolution ou bousculer tous les codes, on a travaillé dans le respect.

D’un point graphique, ce n’est pas frustrant de devoir se glisser dans un moule ?

NK : Non, parce que je l’ai déjà fait avec Trondheim pour Donjon. Après s’adapter OK, mais sans se forcer, il fallait que ça reste naturel. Et puis, après 10 ans dans l’animation, reprendre les personnages des autres, c’est quelque chose que j’ai l’habitude de faire. Je voulais qu’on arrive à se démarquer en restant dans des codes reconnaissables par tout le monde.

Scénaristiquement, vous vous mettez des bâtons dans les roues. Ça ressemble quand même un peu à un exercice de style. Vous n’avez pas peur de perdre certains lecteurs au fil de la lecture, car il faut quand même s’accrocher avec toutes ces ellipses ?

NK : On ne savait pas trop qui on allait toucher avec cet album. Est-ce que les gamins vont comprendre le ton décalé de Lewis (Trondheim) ? Je pense que ça ne les gênera pas, parce qu’il y a de tout : des créature, l’espace, des dinosaures…

C’est vraiment le tour de force de l’album : il y a un scénario par essence décousu tout en conservant une trame continue et en incluant des gags qui tiennent en une planche !

NK : Ça c’est Lewis, quand on a su qu’on allait travailler ensemble, il m’a demandé s’il y avait des contraintes particulières, je lui ai dit, tu me mets tout le monde, tous les décors et avec un côté vintage. D’où est née l’idée d’enlever des pages et de ne garder que les pages d’action, les autres planches ne seraient que les épisodes de transitions et formeraient l’album le plus ennuyeux du monde…
Maintenant, c’est vrai, pour beaucoup de gens, il y a un petit temps d’adaptation qui correspond au temps de rentrer dans ce mécanisme d’histoire à trous…

 

Au final, cette nouvelle aventure de Mickey est aussi originale que graphiquement réussie. Les pages tramées, tachées voire déchirées donnent du réalisme à l’idée de base des pages perdues et rendent un côté vintage fort réjouissant. Les amateurs des aventures de la souris à grandes oreilles se réjouiront de savoir que Cosey publie également un album dans la même collection avant l’arrivée - entre autres - d’une version réalisée par Loisel.

 

En bref : une performance scénaristique et graphique en même temps qu’un bel hommage.

 

Mickey’s Craziest Adventures par Keramidas et Trondheim chez Glénat

 

Denis MARC

2 images
Mickeys’s Craziest Adventures © Glénat - Keramidas & Trondheim - 2016