Meurtre au Mont-Saint-Michel

Meurtre au Mont-Saint-Michel
2 images
Meurtre au Mont-Saint-Michel - © Glénat - Jaffredo & Djian - 2015

Huis-Clos ilien et agathachristien en Normandie

 

Rémi et Lucie rentrent d'une récolte de coques sur les sables entourant le Mont-Saint-Michel. Après avoir fixé rendez-vous à son ami pour le lendemain, Lucie est témoin d'une dispute qui vire au meurtre et disparaît. Alors que chez ses parents l'inquiétude grandit, le Maire prend les choses en main, organisant les recherches et la surveillance de l'île. C'est alors que le cadavre est découvert et qu'un vagabond est repéré. Pendant que l'angoisse grandit autour de l'abbaye, l'enquête se poursuit avec l'aide des résidents et des touristes.

 

One-shot façon Agatha Christie pour une enquête en huis-clos dans un lieu emblématique de la côte normande, Meurtre au Mont-Saint-Michel ne révolutionne pas le genre policier mais se laisse lire sans déplaisir. Enquête prétexte à une exploration du Mont, l'album, édité conjointement par Glénat et Les éditions du Patrimoine, propose un intrigue à l'ancienne lorgnant ouvertement vers un hommage aux Dix Petits Nègres pour le côté isolé des protagonistes et les enquêtes d'un Hercule Poirot -scène finale réunissant les suspects comprise.

Malgré cet aspect déjà-lu, le scénario de Jean-Blaise Djian se laisse découvrir sans lassitude au fil des 46 planches de l'album, même si l'on ressent la volonté de réaliser un album sur le Mont avant d'en faire une vraie intrigue policière.

Le dessin de Marie Jaffredo sert remarquablement les lieux de l'action. Avec un trait tout en douceur et des couleurs pâles, elle réalise des planches élégantes baignant les lieux d'une ambiance particulière et délicieusement surannée. On notera encore quelques beaux cadrages des cases, alternant plongée et contre-plongée, gros plans et plans larges.

 

En bref : plaisant sans être inoubliable, pour amateurs de vieilles pierres.

 

Meurtre au Mont-Saint-Michel par Jaffredo et Djian chez Glénat

 

Denis MARC