Men of Wrath

 

Dans la famille Rath, l'arrière-grand-père a tué, le grand-père a tué et le père est un tueur. Marqué par des antécédents familiaux baignés de sang, Ira Rath est donc devenu tueur à gages pour le compte de Polk, son employeur. Ira ne fait pas dans la dentelle et Polk le sait, aussi le charge-t-il de descendre Ruben Rath, son propre fils, qui a échoué dans une mission consistant... à tuer toute une famille, enfant compris. Avec une tendresse toute paternelle (hum !), Ira se met en chasse, déterminé mais affaibli par un cancer du poumon qu'on vient de lui diagnostiquer.

 

Dans le genre polar hard-boiled, on a rarement vu plus âpre que ce Men of Wrath dont la scène d'ouverture enchaîne les décès violents avec une belle constance. Ames sensibles s'abstenir, ça tranche, ça cogne et ça tire dans tous les azimuts, hommes, femmes et bébés, tout le monde y passe.

A Jason Aaron, scénariste de cette bluette, on doit des épisodes de héros Marvel comme Wolverine ou Avengers, mais c'est avec Scalped – l'histoire d'une nation indienne gangrenée par la drogue et le crime – qu'il obtient le succès. Délaissant indiens et super-héros, son histoire de famille dysfonctionnelle chope le lecteur dès les premières cases pour ne le laisser -pantelant- qu'une fois la dernière page tournée. Si le scénario parait simpliste avec ce tueur capable d'assassiner n'importe qui, on ne cessera d'attendre tout au long de la lecture le dénouement final avec en tête cette question: "Pourrait-il éliminer la chair de sa chair ?".

Le dessin de Ron Garney est d'une efficacité à toute épreuve, en parfaite adéquation avec le scénario, il ne nous épargne pas les images chocs dans une mise en scène dynamique et des découpages très cinématographiques alternant plans larges et gros-plan. Jolie colorisation de Matt Milla.

 

En bref : un polar dur, passionnant et d'une efficacité redoutable.

 

Men of Wrath par Garney et Aaron chez Urban Comics

 

Denis MARC

2 images
Men of Wrath © Urban Comics - Garney & Aaron - 2015