Les Prix Saint-Michel 2018: une excellente cuvée !... Voici le palmarès, avec une interview de Jean-Claude Mézières!

Valerian
8 images
Valerian - © Dargaud

Il n’y a pas que les prix remis à Angoulème pour les auteurs de bande dessinée ! Il y a aussi les prix Saint-Michel, à Bruxelles, qui existent depuis 1971 et s’avèrent être les prix les plus anciens du neuvième art. Des prix qui ont été remis ce vendredi soir…

Sept prix, au total…

Celui du premier album a été remis à Andrea Cucchi, pour " Churchill et moi ", paru chez Casterman. Un livre qui mélange la vie de Churchill avec celle de son époque, au travers du portrait d’une journaliste courageuse.

Le prix Saint-Michel Jeunesse, lui, a été octroyé à Olivier Bocquet et Brice Cossu pour la série " Frnck ", parue chez Dupuis, que j’ai d’ailleurs chroniquée ici en son temps…

Quant au prix du meilleur scénario, il a été attribué à Lewis Trondheim, pour un album étonnant sur le deuil, sur la solitude, sur l’errance d’une femme qui, soudain veuve, se restaure à elle-même : " Je vais rester ", aux éditions Rue De Sèvres.

Le prix du meilleur dessin a mis en évidence tout le talent de David Sala, dans sa construction graphique étonnante de l’adaptation qu’il a faite du roman " Le Joueur d’Echecs ". Paru chez Casterman, un livre splendide, à tous les niveaux, que j’avais également chroniqué ici…

Le prix du meilleur album a voulu, lui, souligner le talent de Laurent Verron et Yves Sente, auteurs d’une biographie de Spirou, intitulée " Il s’appelait P’tirou ". Un livre qui parvient à faire de Spirou un personnage presque réel… Un album paru chez Dupuis.

Et puis, il y a le prix Saint-Michel d’humour qui a couronné une série devenue culte, " Les vieux Fourneaux "… Une série dans laquelle l’humour et le politiquement incorrect font excellent ménage… Une série dans laquelle le jeunisme est férocement battu en brèche.

Et enfin, il y a le grand prix saint-Michel, qui a été remis à Jean-Claude Mézières, pour l’ensemble de sa carrière. L’auteur de Valérian a marqué, en effet, l’Histoire du neuvième art, et ce prix, pour lui, couronne d’abord la liberté des créateurs de bd.

Des livres variés... Des approches parfois très différentes de la narration... Mais des albums qui s'adressent à tous les publics... Sept prix, sept livres à découvrir, ou à redécouvrir!

 

Jacques Schraûwen