Les prix Atomium ont récompensé les auteurs de 8 bandes dessinées

La troisième cérémonie de remise des Prix Atomium, parrainée par l'auteure française Catherine Meurisse, s'est tenue vendredi en fin de journée à Bozar, dans le cadre de la 10e édition de la Fête de la BD à Bruxelles. Ce sont 8 récompenses qui ont été décernées pour un montant total de 90 000 euros.

Le prix Raymond Leblanc de la jeune création (20 000 euros assortis d'un contrat aux Éditions Futuropolis) a récompensé Victor Pellet pour sa bande dessinée "La promotion", qui traite du parcours d'un enfant issu d'un foyer d'accueil.

David Vandermeulen a lui remporté le prix de la Fédération Wallonie-Bruxelles en bande dessinée (10 000 euros), en signe d'encouragement pour son travail de dessinateur sur la série Fritz Haber, qui questionne la notion d'identité au travers de plusieurs destins croisés issus de la génération intellectuelle juive-allemande des années 1880-1930. Cette récompense salue également la constance de son parcours dans la bande dessinée et son investissement en faveur du secteur.

Le prix Atomium de Bruxelles (7 500 euros) a mis en lumière le hors-série de la série Blake et Mortimer "Le dernier Pharaon" de Jaco Van Dormael, Thomas Gunzig, François Schuiten et Laurent Durieux, afin de saluer l'image durable et innovante donnée à la ville de Bruxelles.

Le prix Première du roman graphique (20 000 euros en espace publicitaire, ainsi qu'une forte présence rédactionnelle sur les supports du média) est allé à Pierre-Henry Gomont pour "Malaterre". Il salue autant le travail graphique que la trame narrative qui traite d'une famille déchirée par l'obstination d'un père hors norme, décidé à poursuivre un de ses rêves.

Le prix Cognito de la BD historique (3 000 euros) a récompensé le roman graphique "HMS Beagle : Aux origines de Darwin" de Fabien Grolleau et Jérémie Royer, qui évoque l'expédition autour du monde du naturaliste anglais. Le jury a également attribué une mention spéciale à "Hibakusha" de Cinna et Barboni.

Le prix Le Soir de la BD de reportage (20 000 euros en espace publicitaire, ainsi qu'une forte présence rédactionnelle sur les supports du journal) a été décerné à Manu Scordia pour sa bande dessinée "Ali Aarrass", une œuvre engagée qui raconte l'histoire de ce Belgo-Marocain impliqué dans un imbroglio judiciaire, qui se retrouve suspecté de participation à des activités terroristes. Bien que blanchi par le gouvernement espagnol, il a été extradé vers le Maroc où il a été condamné.

Le prix Atomium de la BD citoyenne (5 000 euros) est revenu à Xavier-Laurent Petit et Cyrille Pomès pour "Le fils de l'Ursari", un ouvrage qui traite des gens du voyage.

Nouveauté cette année, le Prix Vandersteen - Sabam for Culture & Stripgids (5 000 euros) a récompensé "Yasmina en de aardappeleters" ("Yasmina et les mangeurs de patates") de Wauter Mannaert, qui raconte l'histoire d'une fillette de 11 ans et d'un champ de pommes de terre expérimental.

En 2020, un prix Atomium des Enfants récompensera également une bande dessinée pour son caractère pédagogique.