Les Lectures De Votre Été – Les Ogres-Dieux : Demi Sang

demi sang
4 images
demi sang - © Editions Soleil

Attention chef d’œuvre : " Demi Sang " est un livre à ne pas rater, un album qui prouve que la BD est vraiment un art à part entière !

Après " Petit ", les auteurs des Ogres-Dieux nous offrent (il n’y a pas d’autre mot !...) un deuxième  volume tout aussi étonnant, puissant, intelligent, somptueux !

En 2014, j’avais dit ici tout le bien que je pensais du premier volume des Ogres-Dieux. C’était même  pour moi un des meilleurs albums de l’année, à tous les niveaux.

J’avais donc un peu peur, en ouvrant ce deuxième opus, d’être déçu. Il n’en est rien, que du contraire, et, d’ores et déjà, ce " Demi Sang " se révèle comme une des plus formidables parutions de cette année 2016 : un dessin en noir et blanc qui se révèle d’une forte personnalité, un scénario qui mêle les genres avec brio, un livre de quelque 148 pages dans lequel toute notre humanité est décrite et autopsiée au travers d’une fable passionnée et passionnante !

En outre, il n’est pas nécessaire d’avoir lu " Petit " pour lire " Demi Sang ". Bien sûr, ici et là, il y a des références au premier volume, mais qui n’interfèrent nullement, à aucun moment, avec une histoire complète, solide, somptueuse.

Les Ogres-Dieux dirigent le monde et se nourrissent entre autres de chair humaine. Les Chambellans, eux, sont des humains issus de la noblesse et qui gèrent les affaires courantes des Ogres. Demi-sang, lui, est le fils bâtard d’un noble, et il ne veut que se venger et devenir, à son tour, chambellan.

C'est son destin qu’on suit dans ce livre, de l’enfance à l’âge adulte, de la naïveté au cynisme, de la pureté à la  violence et à l’injustice. Un destin que Demi-Sang va se construire, seul contre tous, en usant de l’arme que la nature lui a donnée : sa beauté et son talent amoureux aux draps des lits qui s’ouvrent à lui.

Ce scénario fait penser, bien entendu, au livre " Bel Ami " de Maupassant, ou au film " Le Mouton Enragé " de Michel Deville : un homme grimpe les échelons de la société grâce aux femmes qu’il feint d’aimer pour mieux profiter de leurs pouvoirs.

Ce livre peut aussi faire penser à de l’heroïc-fantasy : les auteurs inventent un univers avec un sens de la cohérence absolument remarquable, et y font vivre des personnages qui, totalement, y ont leur place.

Mais " Demi Sang " ne fait qu’utiliser des canevas déjà existants pour faire preuve d’originalité, à tous les niveaux.

Là où Maupassant nous dressait, dans une langue qui, de nos jours, reste merveilleusement d’actualité, le portrait d’un arriviste, là où Deville nous montrait un héros animé par la haine et que rattrape le remords, Hubert et Gatignol nous dévoilent un monde qui fait appel à nos mémoires, d’une part, ces souvenances d’un Moyen-Age où toutes les folies du fantastique semblaient pouvoir exister, et d'autre part, ces souvenances, aussi, de dictatures humaines, qu’elles soient politiques ou culturelles, qui, de nos jours, existent encore. Ils nous parlent en fait de notre présent, de la liberté, de la lutte pour le pouvoir, de la corruption de toute possession, de la veulerie, de l’amour toujours bafoué.

Aucune rémission pour Demi Sang qui n’éprouve d’autre sentiment que celui de son seul accomplissement !

Ce livre est une fable, oui, une fable dans laquelle tout ce que nous connaissons se retrouve, transformé, certes, mais bien présent.

Ce livre est aussi en même temps une œuvre graphique et une œuvre littéraire. Construit en chapitres dessinés, séparés les uns des autres par un texte écrit qui nous raconte une partie du passé de ce monde où les ogres sont rois, " Demi Sang " ne lasse jamais et parvient à une véritable osmose entre les mots et le dessin.

Hubert écrit sans effets inutiles, et c’est pratiquement un manuel d’Histoire qu’il rédige, l’Histoire d’un monde à la fois imaginaire et proche de nous.

Quant au dessin de Gatignol, qu’en dire, sinon qu’au-delà des influences qu’il révèle et assume (la bd japonaise, l’art du noir et blanc qu’un Comès pouvait avoir, le plaisir de choisir des angles de vue à la Citizen Kane, à la " comics ", …), au-delà d’un évident brio dans la composition et le suivi narratif, qu’en dire d’autre que : somptueux, inventif, précis, aigu dans la manière de dessiner les expressions et la beauté humaine. Totalement accompli!!...

" Demi Sang " est LE livre que vous vous devez d’acquérir, absolument ! Plus épuré, graphiquement, que " Petit ", il ne perd rien de sa puissance d’évocation, de sa lumière omniprésente, de son art à faire vivre, pleinement, un univers où l‘imaginaire rejoint le fantastique, où l’improbable rejoint la vérité simplement humaine !...

 

Jacques Schraûwen

Les Lectures De Votre Été – Les Ogres-Dieux : Demi Sang (dessin : Bertrand Gatignol – scénario : Hubert – éditeur : Soleil-collection Métamorphose)