Les Lectures De Votre Été - Le Masque De Fudo : 1. Brume

Le masque de Fudo
4 images
Le masque de Fudo - © Humanoïdes associés

Un livre tout en fureur, tout en violence, tout en vengeance, d’un graphisme superbement efficace, d’un scénario sans failles !

C’est dans la série " La légende des nuées écarlates " qu’est apparu Fudo, samouraï sans pitié et d’une violence extrême. Saverio Tenuta a décidé de tout nous dire de ce personnage étonnant, attachant malgré l’horreur et la cruauté qui mènent sa vie. 

J’avais un peu peur de devoir me replonger dans la série originelle, clôturée depuis quelques années déjà, pour ne pas me perdre dans celle-ci. Mais il n’en est rien, fort heureusement, et c’est véritablement une nouvelle histoire qui nous est contée.

C’est en mélangeant les époques que Saverio Tenuta nous fait découvrir qui est ce fameux Fudo. Tout adulte n’est que la somme de l’enfant qu’il a été, des rêves de cet enfant, et de la confrontation de ceux-ci à la réalité. Tout adulte est aussi la résultante des mille et un hasards imposés par l’existence.

Saverio Tenuta aurait pu raconter " Fudo " de manière linéaire, partir de l’enfance, arriver à l’âge adulte, mais il vraiment pris plaisir à passer d’une époque à l’autre, de mettre ainsi, en parallèles, parfois sur une même planche, l’enfant Fudo et l’adulte qu’il est devenu.

Enfant, Fudo vivait dans un milieu pauvre, très pauvre, rejeté pour son appartenance à une classe inférieure, proche de l’esclavage. Il rêvait de devenir Samouraï, tout en ayant conscience de l’impossibilité qu’un tel rêve pouvait avoir à se réaliser un jour. Mais voilà, ce gamin turbulent, révolté, trouve un jour un masque abîmé. Un masque blanc, blême, avec deux fentes sombres à la place des yeux, et une bouche à l’expression cruelle. Ce masque lui devient une seconde peau, lui offrant un anonymat qui lui permet d’extérioriser tous ses talents cachés de guerrier. Des talents qui se réveillent et se révèlent à l’occasion de l’agression que subit sa sœur.

Adulte, Fudo est un des invités au mariage du shogun Fujiwara. Une invitation qui, pour lui, va être l’occasion d’assouvir une vengeance…

Saverio Tenuta est un dessinateur assez étonnant, assez exceptionnel. Son graphisme, par certains côtés, s’adapte parfaitement au contenu de sa saga, et fait bien plus penser (heureusement !...) aux grands maîtres japonais de l’estampe qu’aux auteurs de manga. C’est le cas dans son sens du mouvement, de l’expression qui se révèle au travers de ses traits sans pour autant devenir caricatural. C’est le cas aussi dans sa manière de traiter les paysages, tant au niveau du trait que de la couleur. C’est en soulignant certains détails qu’il crée une profondeur dans le dessin, et qu’il permet à l’œil du lecteur de plonger, ou plutôt de glisser, vers le centre d’intérêt essentiel de ce dessin.

Et dans son scénario, il fait preuve d’un véritable talent de metteur en scène, influencé par des auteurs comme Ozu pour les scènes intimistes, par Kurosawa pour les scènes d’action pure.

Oui, ce premier tome de ce qui devrait être une histoire en quatre volumes, mêle avec une réussite rare l’intime et le grand spectacle, en une espèce de fresque naissante qui se révèle à la fois très littéraire et très cinématographique.

Fureur, poésie, virilité, vengeance, tendresse : tous les sentiments humains semblent se donner rendez-vous dans ce premier volume d’une série qui ne peut que plaire aux amateurs d’une bande dessinée qui allie l’efficacité à l’intelligence, la beauté au spectaculaire ! Vivement la suite de cette aventure qui, pour ancrée à une époque et à un lieu précis qu’elle soit, n’en demeure pas moins, par bien des aspects, ancrée aussi à ce qui peut faire l’humanité, ou l’inhumanité d’un homme, aujourd’hui !

 

Jacques Schraûwen

Le Masque De Fudo : 1. Brume (auteur : Saverio Tenuta – éditeur : Les Humanoïdes Associés)