Les lectures de votre été: Comme une Odeur de Diable

Comme une odeur de diable
5 images
Comme une odeur de diable - © Mosquitp

Claude Seignolle, cette année, va fêter ses cent ans… Cet écrivain sulfureux, créant de ses mots les arcanes d’un fantastique extrêmement personnel, cet auteur-conteur méritait un album comme celui-ci : un hommage à l’américaine à un artiste résolument français !

Je vais vous parler d’un temps dont beaucoup diront, l’air pincé et sûrs d’eux : " je n’étais pas né… " !

Je vais vous parler d’un temps où la littérature fantastique prenait un essor populaire grâce à un éditeur passionné, Marabout.

Je vous parle d’un temps où j’apprenais que les livres étudiés à l’école n’étaient pas les seuls chemins vers le plaisir de lire…

Je vous parle d’un temps où je me suis créé, adolescent ébloui, un panthéon dans lequel quatre auteurs trônaient pour leurs audaces, leurs imaginations plurielles, leur qualité narrative et littéraire : il y avait Jean Ray… Et puis l’extraordinaire Gérard Prévot, extraordinairement oublié… Il y avait Marcel Béalu, plus proche du merveilleux que du fantastique… Et puis, il y avait Claude Seignolle, dont je n’oublierai jamais la dédicace qu’il m’a un jour faite, à la foire du Livre de Bruxelles, une dédicace dans laquelle il me disait que son inspiration, il la recueillait à la profondeur des folies et des possibles humains…

Claude Seignolle est un être double. D’une part, il a une manière très littéraire d’user des mots et de leurs rythmes, une manière presque désuète parfois, poétique toujours, dans la veine d’un Lautréamont.  D’autre part, il se révèle un narrateur très visuel. En lisant ses romans et ses nouvelles, ce sont des images qui sautent aux yeux de ses lecteurs. Des images nées, certes, de l’imagination de Seignolle, mais aussi de celle de ceux qui se plongent dans ses récits. D’où la difficulté pour un dessinateur, un auteur de bd, de parvenir à faire une osmose de ces créations visuelles et secrètes jaillies des pages écrites par Seignolle.

Eh bien, Lefeuvre, dans cet album, réussit la gageure d’arriver à rendre palpables les histoires racontées par Seignolle, à se les approprier en nous les offrant en partage.

Ce livre est construit comme l’étaient les fameuses revues Eerie et Creepy, dans les années 70. C’est de l’horreur, traitée à la " comics ", avec à chaque nouvelle, une première page de présentation, dans laquelle Claude Seignolle est le personnage central.

Le dessin, lui, est également influencé par la bd américaine. Par Bernie Whrigtson, entre autres…. Mais aussi par des artistes comme les Italiens Toppi ou Battaglia.

Lefeuvre se révèle ici un véritable orfèvre dans le travail du noir et blanc, de la lumière, des ombres révélatrices de mondes et de monstres prêts à jaillir des ténèbres...

Mais n’allez pas croire, cependant, que Laurent Lefeuvre se contente de construire son livre à partir de ces seules influences évidentes. Non, il est et reste, dans son travail, dans l’approche qu’il a des décors et des personnages, véritablement et profondément ancré dans la culture européenne, dans la réalité des légendes et des croyances, des peurs et des angoisses françaises. La Sologne, chère à Seignolle, est omniprésente, on retrouve aussi des ambiances, en paysages estompés, de la Bretagne, chère, elle, au cœur et à l’âme tourmentée de Pierre Dubois, auteur d’un avant-propos à la verve chantante.

Je sais que les éditions Mosquito ne sont pas toujours extrêmement bien distribuées.

Je vois là, au-delà du plaisir en partie nostalgique que j’ai ressenti en découvrant et en ouvrant ce livre aux diaboliques sourires, une raison de plus de parler ici de cet excellent album. Lefeuvre est un artiste époustouflant, qui rend hommage sans jamais le trahir à un Seignolle qu’il serait temps de remettre en pleine lumière. N’hésitez donc pas à vous rendre chez votre libraire, séance tenante, et à lui commander cette adaptation sulfureuse et enchanteresse de quelques contes fantastiques aux frissons bien agréables à partager !...

 

Jacques Schraûwen

Comme une Odeur de Diable (contes de Claude Seignolle adaptés par Laurent Lefeuvre – éditeur : Mosquito)