Les apprentissages de Colette

Colette
6 images
Colette - © Dargaud

Le portrait d’une grande dame de la littérature par une grande dame du neuvième art…

Claudine, La Vagabonde, Chéri, Le Blé en Herbe, La Chatte, Gigi : voilà quelques-uns des titres emblématiques de Colette, une écrivaine tantôt sulfureuse, tantôt douce comme un chat ronronnant. Une auteure, en tout cas, qui a profondément marqué la littérature française, tout au long du vingtième siècle, tant par la pureté de son style (un style qui s’est toujours voulu à taille humaine) que par le feu de sa vie privée.

Bien des " biographies " et des essais lui ont été consacrés, d’ailleurs, et on aurait pu craindre que, la bd s’y mettant aussi, elle se contente d’un seul aspect de l’existence de Colette, voire d’une simple énumération linéaire et dessinée des heures marquantes de son existence.

Mais c’est Annie Goetzinger qui s’est attelée à cette tâche, à ce plaisir, et le résultat ne pouvait qu’être intelligent, poétique, ouvert à toutes les réalités de cette femme étonnante qui fut présidente de l’académie Goncourt mais aussi membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Ce sont un peu plus de trente ans de l’existence de Collette auxquels Goetzinger s’est intéressée. Trente ans qui mènent Colette de la campagne à la ville, du mariage à la création, de la timidité à la liberté.

Ces " apprentissages " de Colette sont ainsi le portrait, d’abord, d’une femme, bien entendu, mais aussi de toute une époque. Les dialogues, tout comme les textes, sont fidèles à ce qu’on pouvait lire au début du vingtième siècle, chez Willy, par exemple, souvent féroce dans ses jeux de mots, ou chez Rémy de Gourmont, au style un peu plus ampoulé.

Le dessin, lui, nous restitue avec une légèreté de trait et des tons lumineux, presque transparents parfois, ce début de siècle au cours duquel bien des évolutions ont pu avoir lieu… Des évolutions, et des révolutions !

L’existence de Colette a été celle d’une époque. Mais elle fut également rythmée par des rencontres de toutes sortes, des amours tapageuses parfois, bisexuelles aussi… Par un plaisir à se montrer, sur scène, en compagnie des grands de l’art, comme Musidora, dans la vie de tous les jours…

C’était un temps où il fallait voir et être vu, où le libertinage était pratiquement social, mais c’était aussi un temps pendant lequel Colette n’a jamais renié ses racines, au travers de l’importance qu’elle a toujours attachée à sa famille.

Toute existence se résumant, en définitive, à elle-même, les grands événements n’en sont jamais qu’un décor dans laquelle elle peut s’épanouir, se révéler. Voire se révolter !...

Et ce n’est pas la moindre des qualités d’Annie Goetzinger dans ce livre que d’avoir réussi à créer une trame tout autour de Colette, une trame dans laquelle la réalité, historique, biographique, laisse ici et là la place à une imagination qui, jamais, ne trahit le modèle qu’elle s’est choisie !...

Colette n’était pas féministe, elle était plus totalement, plus spécifiquement féminine, avec un F majuscule ! Mais son combat quotidien pour passer outre aux contraintes de la morale et de la bourgeoisie (jusqu’à se couper les cheveux, par exemple), sa nécessité morale et charnelle de vivre ses amours en liberté, même si, à chaque fois, la rupture ne peut qu’en être la conclusion, son caractère sans concession, tout cela a fait d’elle un symbole d’émancipation de la femme, donc de féminisme. Un féminisme qu’Annie Goetzinger, en douceur, revendique, elle aussi.

C’est dans les années 70 que la bande dessinée s’est affranchie peu à peu de son image de sous-littérature pour enfants. A ce titre, le journal de Pilote a joué un rôle essentiel. Et c’est dans Pilote qu’Annie Goetzinger est entrée, après avoir appris le dessin avec, entre autres, l’immense (et quelque peu oublié…) Georges Pichard, c’est dans Pilote qu’elle s’est révélée comme une des grandes pionnières du neuvième art, avec ses propres scénarios, ou ceux d’auteurs " reconnus ", Christin par exemple.

C’est elle, avec des auteures comme Bretécher, Cestac, Montellier, qui a ouvert une brèche dans un monde où mes hommes semblaient, jusque-là, être les seuls à avoir l’accès ! Et ce sont des revues comme L’Echo des Savanes, Circus, Fluide Glacial, qui leur ont permis de participer pleinement à la grande Histoire de la bande dessinée !

Cet album ne peut que plaire à la fois aux amoureuses et aux amoureux de la bande dessinée, dans ce qu’elle peut avoir de plus abouti, même dans un style classique, et à toutes celles et tous ceux qui aiment la littérature.

Colette est le " thème " central de ce livre. Mais les thématiques y sont nombreuses, et merveilleusement bien racontées et dessinées. Toute femme, plus que probablement, pourrait (devrait ?...) se retrouver dans ce personnage hautement romanesque. Tout homme aussi !...

Vive la BD quand elle parvient, comme chez Annie Goetzinger, à cette fusion intime et intimiste entre la vérité d’un portrait profondément humain et la qualité du graphisme et de la couleur !

 

Jacques Schraûwen

Les apprentissages de Colette (auteur : Annie Goetzinger – éditeur : Dargaud)