Le prix Artémisia de la BD féminine à cinq dessinatrices

Le prix Artémisia de la bande dessinée féminine a été décerné cette année non pas à une, mais à cinq dessinatrices en raison de "la production abondante et en constante progression de bandes dessinées réalisées par des femmes".

Le grand prix Artémisia a été attribué à Céline Wagner pour son album "Frapper le sol" (Actes Sud-L'An 2), une BD sur le danseur et chorégraphe Tatsumi Hijikata, qui créa le Butô à la fin des années 50.

La dessinatrice Jacky Fleming a reçu quant à elle le prix Artémisia Humour pour "Le problème avec les femmes" (Dargaud), un album d'une ironie mordante sur la misogynie de quelques "grands hommes".

Chloé Vollmer-Lo et Carole Maurel se partagent le prix Artémisia Avenir pour "L'Apocalypse selon Magda" (Delcourt), un album assez sombre sur le désarroi d'une adolescente persuadée que la fin du monde est proche.

Nicole Augereau a obtenu le prix spécial du jury Artémisia pour "Quand viennent les bêtes sauvages" (flblb), album sur Haïti et le destin de Manno Charlemagne, passé du statut de chanteur contestataire persécuté à celui de maire de Port-au-Prince.

Co-fondée par la dessinatrice et scénariste Chantal Montellier et Jeanne Puchol en 2007, l'association Artémisia distingue chaque début d'année un album scénarisé et/ou dessiné par une ou plusieurs femmes. L'objectif de l'association est de mettre à l'honneur la production féminine dans la bande dessinée.

La remise officielle du prix aura lieu jeudi à Paris.

L'an dernier le prix avait distingué Sandrine Revel et Théa Rojzman (mention spéciale du jury) pour respectivement "Glenn Gould, une vie à contretemps" (Dargaud) et "Mourir (ça n'existe pas)" (La Boîte à Bulles).