Le Petit Prince : Hommages

Loin des avatars ridicules de ces derniers temps, sur grand et petit écran ou en albums de bd inutiles, voici un livre qui, sous la plume d’une quinzaine d’auteurs, rend véritablement hommage à un des plus beaux livres de la littérature mondiale !

2 images
Le Petit Prince © Glénat et Moebius

J’ai toujours pensé, de manière subjective, qu’il existe, pour ponctuer les âges de l’existence, trois romans essentiels : " L’écume des jours " de Vian, pour l’âge adulte, " Le grand Meaulnes " d’Alain-Fournier pour l’adolescence, et " Le Petit Prince " de Saint Exupéry pour l’enfance.

Ce Petit Prince, d’ailleurs, me semble un livre totalement à part dans l’œuvre de Saint Exupéry. J’avoue ne jamais avoir été séduit par ses romans (Vol de nuit, ou Citadelle), et leurs morales assez convenues et bien-pensantes (s’aimer, ce n’est pas se regarder tous les deux, mais c’est regarder dans la même direction, par exemple). Par contre, comment ne pas aimer ce Petit Prince qui réussit à transformer un adulte responsable, le narrateur, en un être humain qui retrouve les traces de son enfance et qui accepte de les assumer pleinement !

Et donc, ce fameux Petit Prince, qui fête cette année ses 70 et éternels printemps, a été mis à toutes les sauces, et surtout les pires, ces derniers mois !

C’est dire qu’en ouvrant ce livre-ci, j’avais un peu peur de me retrouver encore une fois en face d’inepties venues de gens sans culture ni mémoire, et imbus d'eux-mêmes d'abord !...

Il n’en a rien été, fort heureusement, et ce livre d’hommages est, ma foi, extrêmement agréable à lire, à feuilleter, et d’une vraie fidélité, pour sa majeure part, à l’œuvre littéraire originelle.

Il faut dire qu’aucun des auteurs présents ici n’a cherché à illustrer l’histoire bien connue de ce petit garçon amoureux d’une rose et découvrant, en un périple initiatique, des tas de planètes occupées par des humains aux qualités et aux défauts prononcés.

Le principe de toutes les " nouvelles en bd " de cet album empêchait d'ailleurs un démarquage trop facile : dans chacune des histoires, on retrouve le Petit Prince, après son aventure terrienne, sans serpent mais avec son renard, et on le voit continuer à explorer l’univers.

Ce sont donc de neuves planètes qu’il découvre et nous fait découvrir. Des planètes bizarres, envoûtantes, gênantes, nées de l’imagination de quelques dessinateurs et scénaristes au vrai talent : Loisel, pour la couverture, Moebius, Kéramidas, Bonhomme, Didier Convard, Makyo, Juillard…

Variété d’auteurs, multiplicité de styles de dessin et de narration : voilà ce qui fait de cet album un livre qui ne lassera personne. Bien sûr, comme dans toutes les œuvres collectives, toutes les collaborations ne peuvent pas plaire à tout le monde, c’est évident. Mais chacun, j’en suis certain, au long de ces 54 pages, retrouvera, ici ou là, des éblouissements oubliés, des rêves enfouis aux mémoires du temps qui passe, des tolérances humanistes qui, de nos jours, manquent tellement au monde dans lequel nous vivons !

Un très joli album, donc, varié, lisible par tout un chacun, et rendant un hommage vraiment fidèle à un des livres les plus inoubliables de la littérature française !

 

Jacques Schraûwen

Le Petit Prince : Hommages (collectif d’auteurs – éditeur : Glénat – mai 2016)