Le jour où elle a pris son envol

Le jour où elle a pris son envol
2 images
Le jour où elle a pris son envol - © Bamboo - 2017

Alors chu r'parti, Sur Québec Air, Transworld, Nord-East, Eastern, Western…

 

Clémentine a changé pas mal de choses dans sa vie : elle a un amoureux, un boulot qui lui plait et elle est appréciée.  Pour autant, elle n’a pas vraiment trouvé le bonheur et l’apaisement.  Les petites histoires pleines de sagesse qu’Antoine l’épicier réfugié au fond des bois lui racontait lui manquent.  Alors elle décide d’aller le retrouver, mais, à la place d’Antoine, c’est un physicien-apiculteur qui vit dans la petite épicerie.  Heureusement celui-ci a entendu parler de Clémentine et, plutôt que de lui raconter des histoires, il va l’envoyer aux quatre coins du monde à la rencontre de gens et de livres qui vont l’aider à combattre son mal-être.

 

Véritable bouffée d’oxygène et de joie de vivre, le premier tome des tribulations de Clémentine (Le jour ou le bus est reparti sans elle) avait été très bien accueilli par la critique et les lecteurs, de quoi bien sûr penser à un second tome.  L’exercice était risqué, mais il faut reconnaitre que les Béka (Bertand Escaich et Caroline Roque) s’en sont acquitté avec talent.  Bien sûr la surprise n’y est plus et la répétition des situations pourrait lasser sur le long terme, mais la fraicheur des dessins et du scénario apporte encore ce petit quelque chose qui remonte le moral alors que le monde va si mal.  En suivant Clémentine dans son tour du monde à la recherche de sa voie et au fil de ses rencontres, on se laisse aller à se dire que, pourquoi pas, nous aussi on pourrait essayer de retrouver du sens. 

Le dessin de Marko, tout en traits doux, est plein de fraicheur et de poésie sans être gnan-gnan.  Les couleurs lumineuses de Maëla Cosson ajoutent encore un peu plus de pep’s à l’ensemble.

 

En bref : une feel-good BD qu’on referme avec le sourire.

 

TITRE : Le jour où elle a pris son envol

AUTEURS : Marko (D), Beka (S) et Cosson (C)

EDITEUR : Bamboo

GENRE : I feel good

 

Denis MARC