Le Concile des Arbres

Le concile des arbres
3 images
Le concile des arbres - © Dargaud

Une enquête à l’ambiance gothique, baignée dans un fantastique à l’anglaise, avec quelques personnages hauts en couleurs : un one-shot qui se lit avec plaisir !

Dans un siècle qui ressemble au dix-neuvième cher à Dickens, dans un pays qui ressemble à la profonde Bretagne des légendes ou à la gothique Albion, un hôpital...

Dans cet hôpital, sept enfants, chaque nuit, grimpent sur le toit, dansent en chantant des mélopées dans une langue incompréhensible.

Dans cet hôpital, il y a une infirmière, un directeur, et un médecin étrange qui veut, autour de ce phénomène, faire une étude scientifique qui va le faire reconnaître de ses pairs.

Dans ce pays, il y un ministère public des affaires privées. Et ce ministère prend les choses en main, en mandatant deux détectives pour comprendre ce qui se passe et résoudre ce qui ressemble à une intrusion de l’ailleurs dans le quotidien du réel.

Le scénario de Boisserie mélange les genres avec succès : un regard sur une société qui nie toutes les libertés individuelles, la recherche de la reconnaissance publique en usant de moyens à la limite de l’acceptable, la place de l’enfance dans un monde qui n’est pas fait pour elle, les sentiments d’amitié et d’amour, aussi, entre les deux détectives, l'aventure parfois échevelée. Et le fantastique, bien évidemment, avec ce concile des arbres, réunion de chênes centenaires qui personnifient, en quelque sorte, les divinités anciennes, enfouies aux seuls territoires de la mémoire. Et le tout avec son lot de rebondissements qui font de la lecture de cet album un excellent moment.

Le dessin de Nicolas Bara, lui, se révèle plein de mouvements, d’angles de vue très différents les uns des autres au sein d’une même planche. Bara prend un plaisir évident à s’approcher au plus près des visages, à dessiner des " trognes ", à détruire aussi, par son découpage, toute immobilité. Avec lui, on peut parler d’un dessin expressionniste, d’un dessin d’animation, aussi, sans cesse à la limite de la caricature mais sans jamais tomber dans la facilité. Et la couleur, parfaitement maîtrisée par Nicolas Bara, est particulièrement agréable, elle aussi, et crée les ambiances qui aident à encore mieux savourer le récit.

Ce concile des arbres est un one-shot qui se savoure sans arrière-pensée. Il met en scène deux personnages, Artémis et Casimir, entre lesquels une histoire d’amour, incontestablement, prend vie. De quoi espérer, peut-être, les retrouver dans une nouvelle aventure ?.... Ce n’est pas prévu, mais dans l’univers de la bd, finalement, tout n’est-il pas possible ?

En tout cas, voici un livre "fantastique" qui ne manque vraiment pas d'intérêt!

 

Jacques Schraûwen

Le Concile des Arbres (dessin : Nicolas Bara – scénario : Pierre Boisserie – éditeur : Dargaud)