Le Cimetière des Innocents : de l'Histoire, du fantastique, de l'ésotérisme, de la religion… et de l'aventure !

cimetière des innocents
4 images
cimetière des innocents - © Bamboo/Grandangle

Revoici Jonas, jeune protestant à la recherche des restes de son père. Revoici Oriane, fille d’un alchimiste tué par le pouvoir catholique. Revoici le cimetière des innocents, en pleine guerre de religions, et Oriane, recluse au milieu de ce cimetière, et considérée comme une sainte !

Avec cette série, on se retrouve en présence de deux tempéraments à la fois très différents et à la fois très complémentaires.

D’une part, il y a le scénariste Philippe Charlot. L’auteur de " Bourbon Street ", des " Sœurs Fox ", et du superbe " Gran Café Tortoni " est un écrivain qui aime créer des récits sur base de réalités historiques précises, et particulièrement fouillées au niveau de la documentation. La grande Histoire, pour lui, l’Histoire officielle, est un départ, toujours, à des découvertes de lieux, de dessous plus ou moins avouables de cette Histoire, et toujours, surtout, à taille humaine !

D’autre part, il y a Xavier Fourquemin. Son graphisme est loin d’être " réaliste ", mais parvient sans problème à créer des ambiances qui, elles, sont celles de la réalité. L’histoire est aussi sa préoccupation, graphiquement, et il aime se plonger dans des décors qui restituent des ambiances du passé, et il aime dessiner des personnages dont le vêtement comme l’attitude, l’aspect comme le mouvement restituent la vérité d’un moment de l’histoire humaine. Fourquemin, c’est aussi le dessinateur des visages, des trognes, de leurs expressions, presque caricaturales mais toujours respectueuses.

Le côté " écriture " et le côté " graphique ", ainsi, ne s’opposent nullement dans leurs collaborations. Et, dans ce " Cimetière des innocents ", ces deux aspects de la création font corps pour nous offrir une fresque haute en couleurs, pleine d’humour et de folie, pleine d’amour et d’horreur !

Dans ce deuxième tome, ces deux auteurs accentuent ce qui n’avait été qu’esquissé dans le premier volume de cette série, à savoir le " fantastique ". Le père d’Oriane, dans sa recherche de la pierre philosophale, a découvert une autre pierre… Capable, lorsqu’elle est tenue par les mains de sa fille, de pouvoirs surnaturels, par exemple de redonner vie, fantomatique mais réelle en même temps, à des êtres morts, et ce à partir d’un fragment de ce qu'ils furent, un cheveu, un os…

Oriane, donc, du fond de sa prison de recluse, va vite passer auprès de la populace crédule pour une sainte. Et auprès, aussi, du clergé…

Les événements, dès lors, vont s’agencer pour qu’Oriane retrouve la liberté, pour que Jonas sache la vérité sur son père, le tout sur fond de commerce de reliques et d’" indulgences ", de siège de Paris, de magie et de violence, le tout au long d’une galerie de personnages dignes des " seconds rôles" des films anciens, comme " La Kermesse Héroïque "…

Oriane a des pouvoirs… Des pouvoirs que lui confère cette pierre découverte ou créée par son père… Et l’apparition des " fantômes " permet quelque scènes à la fois extrêmement humoristiques et extrêmement porteuses de réflexions, comme ce retour de Saint-Louis dans un monde de faux-semblants qu’il ne peut accepter !

C’est cela, en fait, cette série : une fable sur le réel et ses avatars… Une fable sur le possible et l’indicible… Une aventure humaine portée par des sentiments forts, l’amour, le désir, mais aussi la cupidité et l’ambition.

L’Histoire est regardée par le petit bout de la lorgnette. Elle est un décor, et en même temps un élément de l’intrigue, de la narration, mais l’essentiel reste, de bout en bout, le trajet de vie de quelques personnages. Des personnages, à part Oriane, qui sont tous plus des anti-héros que des héros purs et sans reproche !

Je parlais des films anciens, et Philippe Charlot en a retrouvé le rythme, il en a retrouvé aussi le sens aigu du dialogue. Quant à Fourquemin, son trait est ici plus nerveux que dans " Le train des orphelins ", gagnant en vivacité et en mouvement.

Charlot et Fourquemin : un des excellents duos gagnants de la bande dessinée !

C’est de la bd tous publics, c’est de la bd amusante, c’est de la bd sérieuse, c’est une série dont on ne peut qu’attendre la suite avec impatience !

Et le bras de Saint Anthelme, croyez-moi, va vous offrir, dans cet album, une bien belle surprise !...

 

Jacques Schraûwen

Le Cimetière des Innocents : 2. Le bras de saint Anthelme (dessin : Xavier Fourquemin – scénario : Philippe Charlot – éditeur : Bamboo/Grandangle)