Layla

Layla
2 images
Layla - © DARGAUD - 2018

Superbe conte fantastique et Moyenâgeux.

 

Grenoye, surnommé " Grenouille ", vit à Nosgrey, la capitale autrefois resplendissante mais aujourd'hui déchue du royaume de Flyne Yord. Il habite là, dans une maison délabrée, avec sa mère, abandonnée par son mari et rongée par le chagrin. Le jeune homme n'a qu'un seul but, qui vire à l'obsession : retrouver Layla, une femme mystérieuse, à la beauté incomparable, qu'il a rencontré un jour, par accident, dans les Marais écarlates. Mais Grenoye n'est pas le seul à être fasciné par cette créature à l'aura maléfique. Le roi Ragnar Falx lui-même est attiré irrésistiblement par Layla – et par l'Escarboucle, la pierre rouge qu'elle porte à son cou et qui lui confère un pouvoir terrifiant... Assassinats, trahisons, guerres et destructions se multiplient, mettant le royaume à feu et à sang. Combien d'épreuves seront nécessaires pour que soit enfin dévoilé le mystère de Layla ? Et jusqu'où pourrait aller Grenoye pour protéger cette femme qui le hante ? (Texte de l’éditeur)

 

Le Moyen-âge, période toujours plus ou moins fantasmée pas les auteurs, est un terreau propice au fantastique.  Créatures monstrueuses, enchantements et luttes de pouvoir sont souvent au cœur des récits transposés à cette époque.  Mika au dessin et Jeremy au scénario ne dérogent pas à cette tradition.  Du premier on se souviendra de récits ancrés dans le fantastique comme "Les Contes de Brocéliande" ou sa participation aux "Histoires et Légendes Normandes".  Autant dire que le bonhomme est à son aise dans le genre et que ça se voit dans ses planches souvent splendides.  Le scénario de Jeremy -un autre habitué des récits épiques et désormais aux manettes des Complaintes des Landes Perdues - sans être forcément le plus original du monde se démarque par la place qu’il donne à la psychologie du personnage central, de plus en plus torturé au fil des pages par la fascination qu’il éprouve pour Layla.  Il se donne -en plus- l’opportunité de faire durer son récit puisque l’album compte 94 pages.

 

En bref : de la belle ouvrage tant au niveau du dessin que du scénario.

 

TITRE : Layla – Conte des marais écarlates

AUTEURS : Mika (D & C) et Jeremy (S)

EDITEUR : Dargaud

GENRE : Serpent qui change de peau est toujours serpent (Proverbe martiniquais)

 

Denis MARC