La Tomate

La Tomate
2 images
La Tomate - © Glénat - 2018

Mange des tomates mon amour, Mange des tomates nuit et jours…

 

Anne est au tribunal.  Ce qu’on lui reproche ?  Une faute professionnelle, n’avoir pas détruit, pardon, " retranché " un objet de ce passé barbare d’avant.  Car aujourd’hui la société est divisée en trois cercles.  Dans le troisième, des individus de seconde zone, de gens de peu, vivants d’expédients.  Dans le second cercle, dont fait partie Anne, des fonctionnaires, comme elle, chargés de faire disparaitre tout ce qui pourrait évoquer le passé, de la Tour Eiffel aux tableaux de maître en passant par les objets biologiques comme ces graines de tomate qu’elle a découvert par hasard.

 

Dystopie cauchemardesque, la Tomate est un album de Régis Penet et Anne-Laure Reboul décrivant une société débarrassée de son passé, une société qui lutte à toute force contre tout ce qui pourrait lui paraître sortir des rails.  Le propos est fort et prometteur, dommage qu’il soit finalement si court, car des raisons d’être de cette société aseptisée on ne sait rien, comme on ne sait rien des raisons pour lesquelles cette structure en cercle est aussi aisément acceptée.  Le récit aurait pu être plus ambitieux tout simplement, dommage vraiment car pour autant le personnage central est attachant, elle qui -tout bêtement- veut assouvir sa curiosité et se retrouve embarquée dans un procès dont les enjeux supposés la dépassent.  Dans le même genre de propos, on se référera aux classiques " SOS Bonheur " en BD ou " Brazil " au cinéma.

Le dessin de Penet colle remarquablement au propos, tout en lignes droites sévères, il ne met de la rondeur et de la couleur que dans cette fameuse tomate source des ennuis de Anne.

En bref : un excellent propos qui aurait mérité plus de développements…

 

TITRE : La Tomate

AUTEURS : Penet (D, S & C) et Reboul (S)

EDITEUR : Glénat

GENRE : Société, Sociétééé, tu m’auras pas…

 

Cette chronique est tout particulièrement dédiée au Prof. J-M Kinet en souvenir de nos petits mutants…

 

Denis MARC