La Présidente : 3. La Vague

La Présidente
4 images
La Présidente - © Les Arènes

Ca y est, l’élection présidentielle est terminée ! Sur une défaite de Marine Le Pen (qui, malgré tout, se voit créditée de quelques millions d’électeurs !)… Et pour relativiser tout ça, pourquoi ne vous plongeriez-vous pas dans une série de politique fiction particulièrement glaçante !

Je n’ai pas attendu cette élection pour découvrir cette série, pour en rencontrer François Durpaire, son principal scénariste, et pour en chroniquer ici même  les deux premiers volumes.

Petit rappel, donc : dans le tome 1, on voyait Marine Le Pen gagner l’élection présidentielle qui vient de se terminer. Dans le volume 2, on la retrouvait cinq ans plus tard, se représenter, regagner, et être obligée finalement de laisser la place à sa nièce. Et ici, dans " La Vague ", on voit Marion Le Pen s’associer avec Trump et Google pour créer une société française de plus en plus mondialisée, de plus en plus fliquée, aussi, une société qui réussirait à faire pâlir de jalousie Huxley et son meilleur des mondes possibles !

Cette trilogie est tout sauf optimiste, puisqu’elle s’enfouit dans les côtés les plus sombres de ce que nous promet notre présent, de ce que pourrait nous préparer la course à la technologie qui, de nos jours, envahit jusqu’au monde de l’enfance.

Cependant, dans ce troisième et ultime volet, l’espoir reste présent, il prend la forme d’une révolte populaire qui n’est pas sans faire penser à d’autres révoltes vécues sur le sol français et plus ou moins réussies.

Laurent Muller est l’éditeur et le coscénariste de cette trilogie. Et même si les deux programmes qui viennent de s’affronter peuvent sembler converger vers des pouvoirs peut-être parallèles, il veut voir dans la victoire d’Emmanuel Macron une chance pour la démocratie française, et européenne.

François Durpaire est historien, et c’est en tant que tel, avec une vision influencée par les leçons de quelques passés que d’aucuns oublient trop facilement sans doute, qu’il a construit son scénario, s’amusant sans aucun doute à avoir prévu bien avant tout le monde certains des événements qui, aujourd’hui, occupent puissamment l’actualité : le Brexit et la victoire de Trump aux Etats-Unis, par exemple.

Et même si, finalement, ses extrapolations ne s’avèrent pas en ce joli mois de mai 2017, il n’en demeure pas moins que le cri d’alarme qu’il a lancé avec cette " Présidente " était un cri certainement salutaire.

Faire une bande dessinée, art populaire, autour de Marine Le Pen, et la montrer gagnante de la présidentielle, c’était une démarche qui aurait pu passer pour ambigüe, c’est un fait. Et dans le troisième volume, cette ambigüité est encore plus présente, puisqu’on y voit des membres éminents du FN faire preuve de sentiments presque humanistes !

Mais le traitement que les auteurs, Durpaire et Muller au scénario, et Boudjellal au dessin, ont fait de ce sujet un combat citoyen... " après avoir lu ces livres, plus personne ne pourra dire : on ne savait pas "…

C’est de la politique fiction, oui, mais engagée.

Ce qui fait la force et la puissance de ces trois albums, c’est aussi le dessin, un dessin qui a choisi la voie d’une espèce d’hyper-réalisme, de réalisme en tout cas très proche de la photographie, d’un réalisme traité uniquement en noir et blanc. Il en résulte une force d’évocation qu’un graphisme traditionnel et coloré n’aurait certainement pas obtenue !

Certes, Marine Le Pen n’a pas gagné. Mais il n’en demeure pas moins que cette trilogie continue, encore et encore, à poser les bonnes questions, et que la lecture d’une telle histoire ne peut qu’être salutaire à bien des niveaux, puisqu’elle a le talent, essentiel, de pouvoir faire réfléchir tout un chacun.

 

Jacques Schraûwen

La Présidente : 3.  La Vague (scénario : Laurent Muller et François Durpaire – dessin : Farid Boudjellal – éditeur : Les Arènes)