"La Perruche Noire" : atmosphère atmosphère

"La Perruche Noire" : atmosphère atmosphère
2 images
"La Perruche Noire" : atmosphère atmosphère - © Tous droits réservés

L’auteur et dessinateur suédois Lars Sjunnesson rempile à L’Association pour un ouvrage climatique surréaliste et agitateur.

 

Sur une mer tourmentée, deux femmes matelots aperçoivent un nuage sombre déferler sur leur bateau. Un peu perdues, elles consultent le seul livre qu’elles ont amené avec elles : “Drôles de trucs en mer”. Celui-ci les avertit des dangers des nimbus et de la nature en général, le nuage pourrait répandre le malaise et elles ont tout intérêt à sauter du navire. Finalement, elles sont épargnées puisque le nuage prend une autre route. A travers sa fenêtre, un moustachu et sa perruche voient le phénomène arriver, la radio les met en garde. Il se rend sur le marché pour acheter des boulettes pour son oiseau. Un malaise semble gagner la société déjà bien absurde. Des ultra-féministes matraquent des hommes en fauteuil roulant et la perruche s’avère être un moineau passé à la bombe. 

 

Si le dernier ouvrage de l’auteur suédois Lars Sjunnesson n’a à première vue ni queue ni tête, il s’avère être une critique des dérives des sociétés contemporaines. Ce nuage à l’apparence inquiétante est en fait le reflet de la paranoïa des hommes et femmes et le symbole d’un environnement qui se détraque à cause de l’humanité. Ici tout est déguisement, les moineaux se travestissent en perruches, les hommes valides en handicapés, les racistes en féministes, les nuages inoffensifs en nuages toxiques… Dans un monde où l’on ne peut se fier ni aux poissons, ni aux oiseaux, que reste-t-il comme espoir ? La Perruche Noire est sortie dans sa langue d’origine en 2016, L’Association a choisi d’ajouter l’ouvrage à son catalogue après l’édition de Åke Ordür. A portée politique et métaphorique forte, la BD possède différents niveaux de lecture et son trait naïf et brut lui confère une dimension supplémentaire.

 

 

 

“La Perruche Noire” de Lars Sjunnesson

Chez L’Association

Juin 2018