La peau de l'ours ou " Amore, mafia e famiglia "

La Peau de l'Ours
2 images
La Peau de l'Ours - © DARGAUD - 2020

 

Andrea Montale a 15 ans, bientôt 16. Il n’est pourtant qu’un enfant lorsqu’il assiste, impuissant, au meurtre de son père et au suicide de sa mère. Un enfant prêt à placer sa confiance en un parfait inconnu, malgré des apparences trompeuses. Orso, chef mafieux tyrannique et cruel, va prendre Andrea sous son aile et l’accueillir au sein de sa famille comme son propre fils. Andrea va connaître alors son premier amour, mais pas forcément celui auquel on pense… (Texte de l’éditeur).

 

En 2012, le duo Zidrou / Oriol avait publié l’album La Peau de l’Ours (premier du nomdésormais). Multiprimé, le tome avait fait sensation et racontait l’éducation mafieuse d’un jeune saltimbanque de rue pris sous l’aile d’un gangster et qui l’âge venu se faisait lire les petites annonces du journal local dans l’attente d’un message d’un vieil amour perdu de vue. Si on garde le titre et le contexte mafieux dans ce nouvel album, il ne s’agit pas pour autant d’une suite et les deux tomes peuvent être lus indépendamment. Seul subsiste, perdu au détour d’un dialogue, un nom en commun, comme pour faire le lien entre eux.
 

Zidrou est décidément un champion du polar d’ambiance. Loin de ses albums d’humour, il donne toute la mesure de son talent scénaristique dans ces histoires de gangsters à l’atmosphère toujours un peu lourde et dont la fin est rarement un happy end. Ainsi de l’excellent " Rosko " qui dézinguait la téléréalité, de " La Mondaine " sur la police française d’avant-guerre ou du fantastique " Natures Mortes " déjà avec Oriol au dessin. Ici, un adolescent – Andréa- raconte son entrée, suite aux décès de ses parents, dans la famille d’un mafieux qui va l’adopter. Problème, si la fille de la maison est fort jolie, c’est du fils qu’Andréa tombe amoureux et réciproquement. Dans un milieu ou la virilité et le patriarcat règnent en maître ça fait tache et le poids des traditions forcera Andréa à épouser Natalia quitte à la tromper – dès la nuit de noces – avec son frère. Autant étude de mœurs qu’album de genre, l'auteur propose un excellent scénario, prenant de bout en bout et alternant scènes de violence et onirisme.

Une fois encore, le dessin d’Oriol est somptueux, il propose des planches de toute beauté aux couleurs franches qui claquent comme un coup de feu.

 

Bref, une très grande réussite

 

TITRE : La Peau de l’Ours (t.2)

AUTEURS : Oriol (D & C) et Zidrou (S)

EDITEUR : Dargaud

 

Cotation Mon Petit Neuvième : 9,5 / 10

 

Denis MARC