La Mer de Plastique ou « Ce n’est qu’un début, continuons le combat »

Résilience 3
2 images
Résilience 3 - © Casterman - 2019

 

Hiver 2075. Six ans ont passé depuis l’évacuation de la vallée de la Résilience. Le groupe clandestin semble dissous, mais certains de ses membres continuent de mener le combat contre Diosynta. Pour Agnès et Adam, il est temps de retrouver La Résilience, qui a désormais pour objectif d’empêcher le développement de la P.O.P.1, une nouvelle espèce de plante transgénique conçue par Diosynta dans le but de renforcer son monopole. Aidé par la redoutable Ellen, Adam va gagner le Pôle Nord dans le but de détruire le laboratoire où est développée la P.O.P.1… (Texte de l’éditeur)

 

L’écologie et la lutte contre les multinationales, les thèmes initiaux de la série, s’enrichissent dans ce tome d’un volet migration clandestine Des sujets hyper-actuels traités avec un certain talent par le duo Poupelin – Lebon. Ce deuxième cycle gagne en suspense et en dynamisme avec un récit rythmé à souhait qui accroche le lecteur dès l’entame grâce, d’une part, à l’actualité du sujet et d’autre part au charisme de personnages qu’on avait trouvé un peu trop monolithiques dans le tout premier tome. Un récit qui – par ailleurs — répond un peu plus à l’accroche de la série « Résilience est au monde des O.G.M. ce que Madmax est à celui du pétrole. » puisqu’on y parle vraiment d’organisme génétiquement modifiés et plus de pesticides. Bon, Adam n’a pas vraiment la gueule de Mel Gibson et les moyens sont différents, mais le côté post-apocalyptique est bien présent.

Bref, c’est plaisant, actuel et rythmé, de quoi passer un agréable moment

 

TITRE : Résilience 3 – La Mer de plastique

AUTEUR : Lebon (D & S) et Poupelin (C)

EDITEUR : Casterman

 

Cotation Mon Petit Neuvième : 3 / 5

 

Denis MARC