La famille Blaireau Renard présente : Les Arbres – un album jeunesse et une exposition à Bruxelles !

Les arbres
6 images
Les arbres - © Dargaud

La « famille Blaireau Renard », c’est de la bd jeunesse au succès mérité ! Ne ratez pas leur nouvel album et l’exposition qui l’accompagne, au CBBD jusqu’au 16 juin !

Pour la famille recomposée Blaireau-Renard, une balade en forêt à la recherche de savoureux champignons se transforme en une belle « leçon de choses ».

Mais une leçon ludique, d’abord et avant tout, souriante, poétique.

Une leçon qui ne ressemble en rien aux morales bien pensantes qu’on trouve encore (malheureusement…) dans certaines lectures destinées à l’enfance, à la jeunesse.

Une leçon qui commence, d’ailleurs, par l’existence même de cette famille étrange, une existence qui nous raconte, de livre en livre, l’aventure essentielle des différences qui s’acceptent et s’enrichissent les unes les autres.

La puissance et l’intelligence des livres « animaliers », ces ouvrages qui choisissent la voie de l’anthropomorphisme pour s’approcher de l’âme humaine de manière métaphorique, la force de cette manière de raconter une histoire, c’est de mettre en évidence des sentiments qui, de nos jours, deviennent de plus en plus nécessaires : la tolérance, le regard attentif sur le monde et sur les autres.

Et, avec cette famille Blaireau-Renard, c’est une superbe réussite, le fruit d’une véritable osmose entre les deux auteures.

Cela dit, l’essentiel, dans ce livre-ci, c’est la nature, ce sont les arbres. On peut, oui, parler d’une bd didactique, une bande dessinée construite en chapitres, chaque chapitre amenant deux planches descriptives. Mais n’ayez aucune crainte, il n’y a dans cet aspect éducatif aucune tristesse, que du contraire ! Pour les adultes, comme moi, lire ces pages-là, c’est se plonger dans son enfance, dans les souvenirs qu’on a des herbiers qu’on faisait pour l’école ou dans le cadre d’un mouvement de jeunesse. Pour les enfants d’aujourd’hui, ces pages-là montrent la nature, la vie des arbres, leurs réalités, et ouvrent donc les regards de l’enfance au monde qui les entoure et à toutes ses richesses, scientifiques, certes, mais symboliques aussi de sentiments et de réalités proches, souvent, de ce qu’est l’humain, donc l’humanisme !

Le texte, vous l’aurez compris, n’a rien de débilitant, que du contraire ! Mais il est fait de mots simples, de phrases courtes, de dialogues ressemblant parfaitement à ce que peuvent être (et sont…) les dialogues entre parents et enfants « humains »…

Le dessin, quant à lui, fait bien plus qu’accompagner le texte ! Il le fait vivre, il lui offre de façon tangible l’émotion nécessaire au partage. Le trait d’Eve Tharlet est infiniment plus proche de Calvo, voire même de Hausman, que des illustrations venues des pays de l’Est, et souvent très stylisées. Elle a, lorsqu’elle dessine les personnages, un vrai sens du mouvement allié à un souci d’exprimer les sensations et les sentiments au travers des physionomies et des regards.

Et, pour son approche des planches didactiques, elle réussit à être extrêmement précise, presque scolaire même, sans pour autant perdre de sa tendresse, de la douceur de son graphisme et de sa couleur.

Venues toutes deux de l’illustration, arrivées presque par hasard dans l’univers du neuvième art, Brigitte Luciani et Eve Tharlet se voient aujourd’hui totalement reconnues… Une très jolie exposition est en effet consacrée à ce livre-ci, dans la petite galerie du Centre Belge de la Bande Dessinée (CBBD) à Bruxelles, jusqu’au 16 juin !

D’accord, c’est un livre pour « enfants »… Mais c’est d’abord et avant tout un livre intelligent, un livre d’éveil… Et, adultes, n’avons-nous pas, nous aussi, de plus en plus besoin d’être réveillés pour redécouvrir, dans le monde qui nous entoure, ce qu’est la beauté, ce qu’est l’émotion ?....

A lire, donc, à lire à voix haute à votre bambin ou a vos petits-enfants… A offrir, de toute façon!

 

Jacques Schraûwen

La famille Blaireau Renard présente : Les Arbres (dessin : Eve Tharlet – scénario : Brigitte Luciani – éditeur : Dargaud)