La couverture de Tintin et le Lotus bleu d'Hergé aux enchères ce jeudi

Artcurial met aux enchères jeudi le génial dessin créé par Hergé en 1936 pour la couverture du "Lotus bleu", une "pièce exceptionnelle" à l'histoire mystérieuse, estimée à plus de deux millions d'euros.
Artcurial met aux enchères jeudi le génial dessin créé par Hergé en 1936 pour la couverture du "Lotus bleu", une "pièce exceptionnelle" à l'histoire mystérieuse, estimée à plus de deux millions d'euros. - © Courtesy of Acturial

Tintin émergeant d’une jarre, nargué par un inquiétant dragon rouge : la maison Artcurial met aux enchères jeudi le dessin créé par Hergé en 1936 pour la couverture du Lotus bleu, une pièce à l’histoire mystérieuse, estimée à plus de 2 millions d’euros.

Ce dessin à l’encre de Chine, gouache et aquarelle dépassera-t-il le record de 2014 qu’avait atteint le dessin des pages de garde des albums de Tintin, vendu 2,51 millions d’euros ? Il était alors le dessin original de BD le plus cher jamais adjugé dans des enchères.

Les planches dessinées par Hergé atteignent des sommets. En 2016, une planche d’On a marché sur la lune était partie pour 1,55 million d’euros.

Sur ce dessin retrouvé récemment, Tintin et Milou sortent la tête d’une jarre de faïence bleutée, face à un effrayant dragon rouge sang, sur fond de mur noir parsemé de signes mystérieux. La reproduction de ce dessin coûtait trop cher, il ne sera pas retenu pour devenir la couverture de l’album. Une version simplifiée est adoptée, avec beaucoup moins de détails.

Un mystère entoure cette œuvre : a-t-il été vraiment offert par Hergé au fils de son éditeur Louis Casterman, Jean-Paul, alors âgé de 7 ans, comme l’affirment ses héritiers ?


► A lire aussi : l’incroyable histoire derrière cette œuvre


L’enfant l’aurait plié en 6 et gardé dans un tiroir, d’où la feuille de papier aurait été ressortie des décennies plus tard.

Des experts, de même que l’ayant-droit d’Hergé, Nick Rodwell, mari de Fanny, seconde épouse d’Hergé et légataire universelle, mettent en doute la véracité de cette histoire.

Pour Philippe Goddin, un des meilleurs connaisseurs d'Hergé estime "éminemment suspect" le récit de Jean-Paul Casterman (mort en 2009) quand il affirmait avoir reçu ce dessin en cadeau.