La Cire Moderne

La cire moderne
5 images
La cire moderne - © Casterman

Une road-bd, au dessin épuré, au scénario mêlant habilement portrait d’un trio de jeunes et quête presque mystique… Un livre amusant, intelligent, sans manichéisme mais avec une bonne dose d’humour parfois iconoclaste !... 

Ils sont trois… Manu et Sam, sa copine, et Jordan, le frère pas très futé de Sam. Trois à vouloir profiter ensemble d’un héritage que fait Manu : des cierges d’église. Commence ainsi pour eux un périple au pays de la foi chrétienne !

Leur but : revendre ce stock de cierges, hérité d’un oncle curé que Manu connaissait à peine. Les revendre, se faire de l’argent, pour se payer du bon temps, simplement, en vacances.

Seulement, les choses ne vont pas se dérouler de la manière la plus attendue ! Il faut dire que les trois compères sont bien typés. Un joint par-ci, une petite partie de jambes en l’air par-là, de la drague à tout va pour Jordan, et peu d’envie de penser au lendemain.  

Et pourtant, la religion va faire irruption dans ce trio, par petites touches qui, utilisant les codes de la comédie pure, va déboucher lentement sur une réflexion personnelle pour Manu, personnelle et intime, personnelle et mystique.

La religion catholique n’est pas un thème très fréquent dans le monde de la bande dessinée. Et quand il est abordé, force est de reconnaître que c’est de manière négative le plus souvent. Ici, la vision que nous donnent Vincent Cuvellier et Max De Radiguès de l’Eglise catholique est fractionnée, multiple. Souriante, toujours, même pour nous montrer des " marchands du temple " plus vénaux encore que notre trio. Mais il n’y a pas de faux fuyant dans leur façon de nous faire voyager, avec eux, de paroisse en monastère, de Lourdes en couvent. Et les portraits qu’ils nous montrent, qu’ils soient ceux des trois personnages principaux ou ceux des différents membres de l’Eglise qu’ils rencontrent, sont, au-delà de la simple caricature, frappés aussi de réalisme…

Vincent Cuvellier, le scénariste, est croyant. Max De Radiguès ne l’est pas. Le résultat, c’est un album qui ne se prend pas au sérieux et qui, finalement, prône la tolérance. Mais sans être pour autant un pensum, heureusement ! Le scénario est linéaire, simple, il suit les pérégrinations des personnages, il caricature certaines situations, mais il réussit aussi à nous faire partager la quête de Manu, une quête qui le conduit à se poser des questions sur lui, sur sa manière d’appréhender l’amour, même et surtout celui que l’on dit charnel, sur sa place, aussi, dans le vacarme du monde. C’est de silence qu’il a besoin, en quelque sorte, pour se retrouver, ou se trouver, et ce silence, c’est dans la foi qu’il le trouve… ou croit pouvoir le trouver, en tout cas !

Pour mettre en scène ce scénario assez limpide et qui ne se prend jamais au sérieux, il fallait un dessin qui lui ressemble : épuré, parfois simpliste, parfois d’une certaine maladresse, pauvre le plus souvent en décors, mais riche en mouvements et en expressions, le graphisme de Max De Radiguès est exactement ce qu’il fallait pour que cet album ne ressemble pas à cette masse de livres d’artistes " bobos " qui ne font, en définitive, que se regarder le nombril.

Cette " Cire moderne " est une tranche de vie. Une tranche de plusieurs vies, en fait, de trois vies qui, de confondues qu’elles sont au début, se révèlent, grâce aux talents mêlés des deux auteurs, très différentes les unes des autres. Et ce n’est pas là la moindre des qualités de ce livre, que de parvenir à dépasser la seule trame narrative pour nous faire, véritablement, et avec une vraie finesse de ton, avec une vraie tendresse également, le portrait de trois jeunes très symboliques, finalement, de ce qu’est la jeunesse : multiforme toujours !

Et cette tendresse est totalement flagrante en ce qui concerne l’hurluberlu du trio, le fameux Jordan, profondément irritant, mais tout aussi profondément attachant.

" La Cire Moderne " m’a fait penser, de par son ton, aux albums de Lauzier dans les années 70, mais avec un souci premier de simplicité et, surtout, de " non-jugement ".

C’est, en tout cas, pour moi, une très bonne surprise ! Une surprise aux nombreux clins d’œil graphiques, d’ailleurs, qui en rendent la lecture encore plus amusante et amusée !

 

Jacques Schraûwen

La Cire Moderne (Dessin : Max De Radiguès – scénario : Vincent Cuvellier – éditeur : Casterman)