L'Ingénieur en construction : une nouvelle race de héros

Irons 1
2 images
Irons 1 - © Le Lombard - 2018

Irons ou comment rendre sexy une calculatrice.

 

Misanthrope, sarcastique, taiseux, Jack Irons est de mauvaise humeur : après l’explosion d’un pilastre du pont reliant Charlottetown au continent et à Montréal, le voilà bloqué sur l’île.  Rapidement, les compétences de ce spécialiste en destruction et construction de pont sont réquisitionnées par les autorités locales.  Mais dans ce petit patelin de pécheurs, les rancœurs sont tenaces et les intérêts divergents.  Il faudra à l’ingénieur se souvenir de son propre passé tragique pour s’en sortir.

 

Voilà bien un sujet et un personnage originaux.  La construction lourde comme toile de fond d’une intrigue c’est peu commun, ajoutons-y un personnage à la formation loin des canons du genre polar et on découvre un univers non dénué d’intérêt.  Bien documenté, abordant des thèmes allant de l’économie à l’écologie en passant par les luttes sociales, l’album se révèle réellement passionnant et sans temps morts.  Scénarisé par Tristan Roulot – déjà aux commandes de Hedge Fund, elle aussi ancrée dans son époque- cette nouvelle série devrait, sinon révolutionner le genre, en tout cas offrir de futurs bons moments de lectures divertissants et sans prise de tête.

 

Les planches sont de Luc Brahy qu’on avait déjà vu ici aux commandes du tome 2 de Dark Museum et de " Paris, 13 novembre 2015 ".  Ses dessins sont précis et ses ambiances canadiennes glacées comme on les imagine.  Bref, l’ensemble confère à l’opus un côté réaliste fort bienvenu.

 

En bref : un bon moment de lecture dont on attend déjà les futurs albums.

 

TITRE : Irons – l’ingénieur-conseil

AUTEURS : Brahy (D), Roulot (S) et Facio (C)

EDITEUR : Le Lombard – Coll. Troisième Vague

GENRE : Aucun ingénieur ne regarde une télécommande sans se demander comment faire pour la transformer en un pistolet hypodermique. (Scott Adams)

 

Denis MARC