Interférences

Interférences
2 images
Interférences - © DARGAUD - 2018

Radio Pirate – Tout le monde s’éclate.

 

1978, influencés par Radio Caroline, la célèbre radio pirate logée sur un bateau au large de l’Angleterre, Pablo et Alban décident de lancer Radio Nomade.  Avec l’aide de Douglas, un ancien de l’expérience anglaise, ils commencent à émettre très modestement dans leur quartier.  Obligés de déménager régulièrement pour échapper aux brouillages, aux flics et aux camions gonio de l’état français, ils sillonnent Paris les vendredis soir avec un amateurisme qui n’a d’égal que leur enthousiasme.  Pour Pablo, c’est l’occasion de passer les disques que l’on n'entend pas sur les radios officielles, pour Alban, celle de donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais…

 

On l’a un peu oublié aujourd’hui, mais longtemps en France (et en Belgique), la diffusion radio était le monopole de l’ORTF c’est-à-dire de l’état.  Il existait bien RMC, Europe 1 et RTL, mais même ces radios privées étaient étroitement surveillées par l’état Giscardien et tenues à un strict respect des institutions.  Alors, évidemment, l’arrivée des radios pirates a été vue comme un pavé dans la mare trop tranquille de l’expression des opinions.  Avec le temps - et malgré la libération des fréquences par Mitterrand -, certaines sont rentrées dans le rang, beaucoup se sont éteintes, mais toutes, avec des talents très divers, ont apporté un vent de fraicheur sur les ondes.

 

Galandon au scénario retrace cette aventure pas si lointaine, si ses personnages ressortent de la fiction, les événements racontés collent au plus près de ce que dut être la réalité et offrent une sorte de témoignage de cette époque de pionniers.  L’ensemble est réellement passionnant et illustré de façon très classique par Jeanne Puchol dans un volume de 128 pages en noir et blanc.  On rappellera encore que l’aventure - bien réelle celle-là - de Radio Caroline fut portée au cinéma dans "Good Morning England".

 

TITRE : Interférences

AUTEURS : Puchol (D) et Chalandon (S)

EDITEUR : Dargaud (parution le 12 janvier)

GENRE : La liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

 

Denis MARC