Greenwich Village - Love in in the Air

Greenwich Village
2 images
Greenwich Village - © Kennes - Lapone & Gihef - 2015

Romantic comedy New Yorkaise à la Billy Wilder

 

Au cœur de New York, à côté des artères bruyantes et des gratte-ciels, il reste un havre de paix que ses habitants nomment "Le village". C'est là que vit Norman, chroniqueur culturel pour un grand journal, il n'aspire qu'à la paix et à la tranquillité. C'est alors que déboule Bebe Newman égérie sculpturale de la Pan Am. Elle emménage dans son immeuble pour échapper à un admirateur trop pressant. Entre c'est deux-là, il faudra mettre beaucoup d'huile dans les rouages pour que le courant passe.

 

Dans la grande tradition des Romantic Comedies à l'américaine, Gihef (encore lui !?!) toujours amoureux des années 50-60 propose un album qui n'est pas sans rappeler les grandes comédies de Wilder ou des films comme "Un pyjama pour deux" avec Rock Hudson et Doris Day (traduction pour ma Laureline de fille : disons… Justin Timberlake et Cara Delevingne ?).

Avec un humour bon enfant, des clins d'œil à des personnages bien réels et le ressort classique du genre : il est l'eau, elle est le feu, il veut le calme, elle est une fêtarde, il produit une histoire d'amour sympathique et attachante dont le vrai personnage central est en fait l'immeuble de Perry Street. En effet, les albums suivants de cette série de one-shots se dérouleront à la même adresse avec des personnages et des thèmes différents. Si le scénario est cousu de fil blanc et le dénouement plus qu'attendu, on prend un réel plaisir à suivre ce couple improbable car –justement- on connait la fin à l'avance et que ce sont les péripéties qui mèneront à la conclusion qui font le sel de l'histoire.

 

Une fois encore le dessin d'Antonio Lapone fait merveille pour évoquer l'époque de l'action. Son style rétro déjà décrit dans Adam Clarks apporte à l'album une gaieté et une insouciance typique des sixties. Si ses personnages sont tout en simplicité apparente avec des traits épurés à l'extrême le plus souvent, ses décors sont riches en références à la mode du moment et à ses motifs aujourd'hui un poil kitsch.

 

En bref : on en redemande, vivement la suite.

 

Greenwich Village – Love is in the air par Lapone et Gihef chez Kennes

 

Denis MARC