Et s'il fallait garder 52 BD de 2017 ? la suite

Lady Snowblood, l’intégrale, Kazuo Koike & Kazuo Kamimura
26 images
Lady Snowblood, l’intégrale, Kazuo Koike & Kazuo Kamimura - © Kana

Retenir 52 BD de l'année 2017, soit une par semaine, c'est une tâche difficile à laquelle nous nous sommes attelés : voici la deuxième partie de la sélection de "Livr(é)s à domicile".

Comme pour la première partie, le jeu veut que l'on écarte d'office les stars du box office. Voici les 26 BD suivantes, réparties en 4 catégories, le Fantastique et la SF, le polar et le noir, les histoires du monde d’aujourd’hui, et enfin, les Objets Graphiques non Identifiés.

Fantastique/SF

Ces jours qui disparaissent, Timothé Le Boucher, Glénat ***

Quand on se rend compte qu’un autre prend notre place dans notre enveloppe corporelle un jour sur deux, que faire ? Entrer en contact avec lui. Et tenter de prendre le dessus sur ce drôle d’étranger. C’est l’objet de cette histoire qui oscille entre roman psychologique et fantastique. Un scénario d’une rare puissance, qui ne faiblit jamais.

pour lire les premières pages

La saga de Grimr, Jérémie Moreau, Delcourt ***

Islande, fin des années 1800. Sous domination danoise, l’île est la proie des superstitions, des tremblements de terre et des traditions. Pour y exister, il faut être issu d’une lignée. Aussi, un jeune orphelin comme Grimr semble bien mal parti dans la vie… Un épais roman graphique aux franges du fantastique qui s’intéresse au déterminisme et propose une conclusion sublime.

pour feuilleter un aperçu

Des bâtisseurs, de Yannis La Macchia, Atrabile

Ils vivent sur une île où la beauté du geste les pousse à ériger d’improbables édifices en bois. Les planches, ils les récupèrent comme leur nourriture, dans les colis apportés par la mer. Dans ce monde de droites qui se croisent, l’esthétique donne le vertige. Et l’auteur interroge la matière autant que l’humanité.

pour lire un extrait sur le site d'Atrabile

L’Aimant, de Lucas Harari, Sarbacane

Les thermes de Vals, en Suisse, entre pierre granitique brute et percées de lumière zénithale, sont le chef d’oeuvre de l’architecte Peter Zumthor. Un lieu magnifié par le dessin très ligne claire de Lucas Harari, qui en fait son personnage principal. Schuiten revu et corrigé à la sauce polar aquatique. Un livre où l’on ne sait jamais si on est dans le fantastique ou le mystérieux.

sur le site de Sarbacane

Solo, T. 1 à 3, Oscar Martin, Delcourt

Un rat tente de survivre dans un monde dévasté, menacé par des prédateurs de tout poil. Ici, la loi du plus fort et la vengeance prédominent. Mais au bout du tunnel, il y a une morale inattendue. Un  roman graphique de baston philosophique.

pour voir un aperçu de Solo

FRNCK, T.1 & 2, Bocquet & Cossu, Dupuis

Tombé dans une faille, Franck, adolescent promis à l’orphelinat et aux familles d’accueil, se retrouve projeté en pleine préhistoire, dans un monde sans voyelles… et sans Wi-Fi. Choc des civilisations, aventure et humour garantis.

pour feuilleter le tome 1

Gung Ho T.3, von Kummant & von Eckartsberg, Paquet

Futur proche. Les humains vivent dans des camps retranchés, à l’abri de la " plaie blanche ". Pour survivre, il faut respecter les règles. Le genre de choses incompatibles avec l’adolescence. Attention, dessin spectaculaire !

sur le site des éditions Paquet

Ter T. 1 &2, Rodolphe & Dubois , Daniel Maghen

Des personnages vont peu à peu découvrir les secrets de leur étrange planète. Superbes décors en couleurs directes pour une nouvelle grande saga de SF.

sur le site des éditions Daniel Maghen

Polar & noir

L’été en pente douce, Chauzy et Pelot, Fluide Glacial ***

30 ans après le film, 37 après le roman noir de Pierre Pelot, un monument des années 80 revisité par les couleurs vives et le pinceau expressionniste de Chauzy. La province, ses haines de voisinage, ses inadaptés sociaux, sa violence prête à exploser.

sur le site de Fluide Glacial

Lady Snowblood, l’intégrale, Kazuo Koike & Kazuo Kamimura, Kana ***

Même les Japonais n’avaient jamais publié Lady Snowblood en intégrale. C’est pourtant une évidence. Voici enfin la matrice du Kill Bill de Tarantino en un seul (très) gros volume. Incontournable : 1400 pages pour moins de 30€ !

sur le site de Kana

Puta Madre, l’intégrale, Run & Neyef, Ankama

Inspirée d’un authentique faits divers, une plongée dans la violence des pénitenciers américains et des gangs latinos sur les traces de Jesus, un enfant condamné à la prison pour un meurtre qu’il n’a pas commis. L’agneau ressortira transformé en loup. Un livre coup de poing.

Forçats, le coffret des deux volumes, par Bedouel & Perna, Les Arènes

À Cayenne, le face à face inattendu entre un bagnard qui clame son innocence et un journaliste renommé, Albert Londres. Le reporter va mettre tout son talent dans une bataille contre la République pour en finir avec ce qu’elle a généré de plus honteux : le bagne. Magistral !

sur le site des Arènes

Marshal Bass, T.2, de Macan, Kordey & Vitkovic, Delcourt

Peut-on encore réinventer le western ? Oui ! Après l’excellent Undertaker de Meyer & Dorison, voici le premier marshal black de l’histoire. Nous sommes en 1875 en Arizona. Et River Bass n’est pas le bienvenu. Crépusculaire et délicieusement incorrect.

sur le site de Delcourt

Dark Night, une histoire vraie, Dini & Risso, Urban Comics

Quand un scénariste d’histoires de super héros appelle ses créatures à la rescousse sous les coups bien réels d’un fou furieux, il réalise que sa vie est peut-être basée sur une illusion. Reste à en faire quelque chose…

pour lire un extrait

Fondu au noir, Ed Brubaker, Sean Phillips, Elizabeth Breitweiser, Delcourt

S’il faut lire un polar sur les années qui ont mené au mccarthysme, c’est celui-là. En 1948, à Hollywood, les studios sont prêts à tout pour protéger leurs intérêts. Tendu et effilé comme une lame de rasoir.

pour lire un extrait

Le Retour, B. Duhamel, Grand Angle

Quand un plasticien génial et mondialement connu revient sur son île pour lutter contre les rois du béton, il se fait un joli paquet d’ennemis. Ça rend plus compliquée l’enquête qui suit son décès… Une belle fable sur la mégalomanie et l’ivresse du pouvoir.

sur le site de Grand Angle

Histoires du monde d’aujourd’hui

Corps sonores, Julie Maroh, Glénat ***

Ode à l’amour sous toutes ses formes, surtout les moins conventionnelles, Corps sonores résonne encore longtemps après sa lecture. Intelligents, fulgurants, brillamment dialogués, les courts récits s’enchaînent et composent une autre photographie des relations amoureuses.

pour lire les premières pages

Calypso, Cosey, Futuropolis ***

Servi pour la première fois par un noir et blanc tranché, un récit plein d’humanité comme sait si bien les écrire Cosey. Le film Sur la route de Madison a désormais trouvé un écho en bande dessinée. Les amours de jeunesse inachevées s’offrent ici une seconde chance au crépuscule de la vie.

sur le site de Futuropolis

Le monde à tes pieds, Nadar, La Boîte à Bulles

Des personnages englués dans la crise. Sur-diplômés, ces trois Espagnols n’ont guère d’horizon dans un monde où les perspectives économiques se confondent avec la précarité et l’obéissance. Désenchantés et déclassés, ils doivent réinventer cet avenir qu’on leur avait promis radieux.

pour lire un extrait

Proies faciles, Prado, Rue de Sèvres

Polar ultra classique mais lui aussi en lien avec la crise que traverse l’Espagne, Proies faciles s’intéresse à ceux que les banques ont dépouillé. Un livre très politique jusque dans les portraits de flics.

sur le site de Rue de Sèvres

Beverly, Nick Drnaso, Presque Lune

La middle class américaine auscultée à travers des histoires courtes. Formellement vertigineux ! Les personnages de Drnaso sont désoeuvrés, aliénés. Ils tentent de trouver un sens à leur vie dans cette Amérique pavillonnaire dédiée au consumérisme et à la vacuité.

pour lire un extrait

Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien, Ulli Lust, Ça & Là

L’une des reines de l’autobiographie, l’Autrichienne Ulli Lust, jette un oeil dans le rétroviseur. Elle raconte avec talent les tourments de sa jeune vie adulte, partagée entre deux hommes que tout opposait. Une double histoire d’amour qui bouleverse les schémas classiques.

pour lire un extrait

OGNI (Objets Graphiques Non Identifiés)

Papa Zoglu, Simon Spruyt, Même pas mal ***

Entre chevaliers teutoniques gay et enfant né d’une vache en quête de ses origines, le monde de Simon Spruyt sent à la fois l’irrévérence, l’absurde et l’imagination débridée. Il est surtout d’une inventivité graphique réjouissante. Une des perles de l’année.

sur le site de Même pas mal

Le miracle de Vierves, Inne Haine, Vraoum

Inspirée par les grands peintres flamands, à commencer par Breughel à qui elle emprunte sa palette chromatique, une jeune dessinatrice flamande s’essaie au drame comique. Elle nous emmène à Vierves, où l’on voue un culte à Gérard, un cerf considéré comme saint. Pas de chance, l’un des commerçants du village tue l’animal par mégarde. Commence alors une vaste supercherie. Délicieusement doux-amer.

sur le site de Vraoum

Premiers pas, Victor Lejeune, Atrabile ***

Un dessinateur virtuose, largement influencé par la gravure, s’empare de l’histoire du premier singe envoyé dans l’espace. Né au milieu des années 50 dans une forêt du Cameroun, racheté par la Nasa à un zoo américain, son incroyable destin est ici résumé en de courts flashes saisissants, totalement muets. Un petit chef d’oeuvre. 

sur le site d'Atrabile

Les têtards, Pascal Matthey, L’Employé du Moi

Muet lui aussi, un récit autobiographique qui convoque l’enfance. Pascal Matthey se souvient de l’année de ses dix ans, à Genève et dans le Valais. Il dessine les saisons qui passent, les découvertes et les petits bonheurs. Mais aussi l’irruption des personnages de bande dessinée dans la construction du réel. Inventif et terriblement touchant.

sur le site de l'Employé du Moi