Crusaders ou « La tête dans les étoiles »

Crusaders
2 images
Crusaders - © Soleil - 2019

 

La Terre ne pouvant assurer la subsistance de ses habitants devenus trop nombreux, une partie l’humanité a migré vers Titan. Remplissant des conditions suffisamment propices aux humains, elle accueille désormais ses propres habitants n’ayant jamais connu la Terre. Un jour un étrange signal est reçu. Il contient les coordonnées d’une galaxie lointaine et les plans de constructions de vaisseaux spatiaux permettant de franchir les distances immenses y menant. Qui a envoyé ce signal ? Pourquoi ? Est-ce un piège ou un cadeau fait à l’Humanité. Pour le savoir des vaisseaux sont construits et des équipages mis sur pied.

 

L’espace, l’ultime frontière. Sujet infini – littéralement — pour les scénaristes. Ici c’est Christophe Bec qui est aux manettes du scénario de cette nouvelle série qui parait chez Soleil. On a déjà dit le bien que l’on pense de l’auteur du Fulgur ou de Sunlight dans ces colonnes. Dans cette saga spatiale qui commence, on est à nouveau enfermé dans un engin de transport qui pourrait se transformer en cercueil, claustrophobe s’abstenir. Bec est capable d’instiller des atmosphères angoissantes et sombre qui tiennent le lecteur en haleine, il faudra toutefois, ici, s’accrocher un peu pour s’y retrouver, car, entre les flash-back, les explications scientifiques et la scène d’introduction pour laquelle nous n’aurons pas – encore — d’explication, l’action débute tard dans l’album. Néanmoins, une fois lancée l’histoire se révèle fort prenante.

Les dessins – somptueux — de Carvalho alternent entre vues spatiales et décors techno-futuristes du plus bel effet. On notera quelques doubles planches justes magnifiques.

 

Bref : une nouvelle série prometteuse qui vaut la peine de passer outre le côté touffu de son introduction.

 

TITRE : Crusaders – La colonne de fer

AUTEURS : Carvalho (D) et Bec (S)

EDITEUR : Soleil

 

Cotation Mon Petit Neuvième : 3,5 / 5

 

Denis MARC