Cinq branches de coton noir

Cinq branches de coton noir
2 images
Cinq branches de coton noir - © Dupuis - 2018

Petite histoire cachée dans la grande.

 

1944, dans la banlieue de Douvres.  Lincoln Bolton et quelques autres soldats noirs surveillent les chars gonflables que Churchill a fait déployer pour tromper l’ennemi nazi sur le lieu du prochain débarquement.  Relégués à ces tâches subalternes, les GI’s s’ennuient ferme et voudraient participer au combat, ce que leur statut de " nègres " leur interdit.

1776, quelques jours avant l’indépendance des états pas encore unis.  Mrs Betsy est contactée par le général Washington lui-même pour fabriquer le premier drapeau de la future nation.  Sa domestique noire, Angela décide d’y ajouter sa touche personnelle en cachant sous l’une des 13 étoiles blanches une étoile de coton noir pour illustrer le rôle du peuple noir dans la construction de l’Amérique.  Hélas il semble que ce symbole inestimable soit détruit lors des premiers combats.

Quand, 172 ans plus tard, Johanna -la sœur de Lincoln- découvre dans l’héritage de sa tante le témoignage d’Angela, elle écrit à son militaire de frère.

 

Encore une de ces pépites dont la collection Aire Libre à le secret.  Nous immergeant dans l’épopée de l’indépendance des Etats-Unis par le biais du racisme qui y régnait comme de celle de la libération de l’Europe par des soldats noirs toujours soumis aux brimades, le fort volume signé Yves Sente et Cuzor promet d’ores et déjà d’être l’une des sensations de l’année BD.  Bourrée d’humanisme, la quête de Lincoln tient en haleine de bout en bout mêlant fiction et réalité historique.
Avec des clins d’œil au cinéma (Inglorious Bastards par exemple), le dessin de Cuzor est époustouflant de maitrise du noir et blanc superposé à une trame monochrome verte ou brune selon les circonstances.  Scènes de combat, comme scènes intimiste sont immersives à souhait.

Malgré ses 170 planches, le scénario de Sente tient la route sans faiblir passant d’une époque ou d’un lieu à l’autre avec aisance.  Loin des classiques Thorgal ou Blake et Mortimer qu’il anime par ailleurs, le scénariste livre une histoire attachante et originale qui marquera les mémoires.

 

En bref : un album à récompense.

 

TITRE : Cinq branches de coton noir

AUTEURS : Cuzor (D) et Sente (S)

EDITEUR : Dupuis (Aire Libre)

GENRE : O say, does that star-spangled banner yet wave O'er the land of the free and the home of the brave ?

 

Denis MARC