Chroniques express : Le Signe et L'Aéropostale

Le Signe - Saint Exupéry
3 images
Le Signe - Saint Exupéry - © Glenat - Soleil - 2016

Malédiction et courrier longue distance

Le Signe

Alex Morsen a failli être un écrivain à succès. Son premier livre, Perte d’Auréole, a été un best-seller. Mais aujourd’hui Alex est un homme aigri et sans inspiration. Sa bonne étoile semble l'avoir quitté. À fleur de peau, il ne supporte plus sa voisine du dessus, qui joue du piano toute la sainte journée. Elle devient l'excuse de son incapacité à se concentrer et à créer. Un jour, excédé, Alex lui jette un sort qu’il a trouvé dans un livre traitant de sciences occultes. Il ne peut se douter des répercussions que ce geste va avoir sur la pianiste, et surtout sur lui et sur sa famille... (Texte de l'éditeur)

 

Ce qu’on en pense : Quatrième tome de la collection Flesh & Bones, Le Signe explore un classique de la littérature d’horreur : la malédiction.  Plus de vilaines bestioles ou de peur primale donc dans ce tome brillamment scénarisé par un Thirault qui fait monter la tension petit à petit, entraînant Alex dans un abîme fait d’hallucinations qui finissent par prendre corps.  Le dessin de Garcia, sombre et efficace, tire très fort vers l’école américaine, normal quand on sait qu’il a travaillé pour DC Comics sur des séries comme Justice League Saga ou X-Men chez Marvel.

 

En bref : pour amateurs de frissons façon L’Exorciste

 

Le Signe par Garcia et Thirault chez Glénat coll. Flesh & Bones

L’Aéropostale : Saint Exupéry

De sa jeunesse jusqu’à l’aube de sa mort, les auteurs livrent ici un portrait insolite d’Antoine de Saint-Exupéry. Ils relatent des évènements connus de tous, comme sa carrière dans l’Aéropostale ou encore son union avec Consuelo de Saint-Exupéry, mais aussi des faits plus secrets : son intérêt pour l’hypnose, l’occultisme ou encore l’accident d’hydravion qui faillit lui coûter la vie. (Texte de l'éditeur)

 

Ce qu’on en pense : De nos jours, on associe le plus souvent Antoine de Saint-Exupéry au Petit Prince et peut-être à l’un ou l’autre roman d’aventure.  C’est oublier un peu vite le courageux pionnier de l’aviation qu’il fut, lui qui convoya du courrier de Toulouse au Sénégal puis jusqu’en Amérique du Sud.  C’est ce volet qui est exploré dans ce quatrième tome de cette collection sous-titrée " Des pilotes de légendes " où Saint-Ex. rejoint Mermoz ou Guillaumet.  L’évocation qu’en font Dumas au dessin et Bec au scénario renvoie l’image d’un réel passionné d’aviation et d’un homme complexe.  Sa carrière d’écrivain n’apparait guère dans l’album et oublie curieusement sa période new-yorkaise, durant laquelle il rédigea Le Petit Prince, mais soit, les amateurs d’ancêtres volants y trouveront, eux, largement leur compte.

 

En bref : pour amateur d’aventures humaines et de vieux coucous.

 

L’Aéropostale T4 : Saint-Exupéry par Dumas et Bec chez Soleil

 

Denis MARC