Chroniques Express : Klimt & Carmen

Klimt / Carmen
3 images
Klimt / Carmen - © Glénat / Soleil - 2017

Aujourd’hui, théma « Parlons beaux-arts avec Adèle et Carmen ».

Une dernière petite chronique avant mon Top 10 et quelques de 2017...

Klimt

Vienne, 1907. Gustav Klimt se rend dans la demeure des Bloch-Bauer. Ce couple de la haute-bourgeoisie viennoise et le peintre semblent partager une profonde amitié. Il faut dire que six ans plus tôt, alors que le scandale de son tableau La Médecine lui mettait à dos les trois-quarts des professeurs de l’université de Vienne, Adèle et Ferdinand Bloch-Bauer étaient parmi les seuls à reconnaître son génie. Visitant son atelier, partageant son quotidien, ils étaient peu à peu devenus amis. Aujourd’hui, Ferdinand lui demande l’honneur de réaliser un portrait de sa femme. Flatté et reconnaissant, Klimt promet de la recouvrir d’or... littéralement.  (Texte de l’éditeur)

 

Ce qu’on en pense :

Portrait romancé d’un maître de l’Art Nouveau, l’album ne traite finalement qu’une petite partie de son œuvre.  Klimt y est décrit comme un rêveur, vivant la nuit ses fantasmes de grandeur en donnant à ses personnages rêvés les traits de ses proches.  Un album plaisant qu’on accompagnera volontiers de la vision du film " La femme au tableau " qui retrace l’histoire de la récupération du portrait d’Adèle Bloch-Bauer -qui fait la couverture de l’opus- par sa nièce après sa spoliation par les nazis.

 

TITRE : Klimt

AUTEURS : Mar-Renier (D), Cornette (S) et Barthélémy (C)

EDITEUR : Glénat

GENRE : Doré sur toile

Carmen

En Espagne, à Séville.  Arrêtée à la suite d’une querelle, Carmen, bohémienne au tempérament de feu, séduit le brigadier Don José, et lui promet son amour s’il favorise son évasion...  (Texte de l’éditeur)

 

Ce qu’on en pense :

On l’oublie un peu trop souvent, mais Carmen avant d’être l’opéra bien connu de Bizet est une nouvelle de Prosper Mérimée (celui de la dictée).  Bien plus riche que l’œuvre chantée qui ne se concentre que sur les amours contrariées de Don José et de Carmen, la nouvelle est plus tragique encore que son pendant.  L’histoire est ici illustrée (ce n’est pas une BD) par Benjamin Lacombe.  Et quelle illustration, chaque dessin du bonhomme est une petite merveille de tableau aussi intriguant que fascinant et inquiétant.  Le tout forme un très très beau livre pour lequel l’éditeur a mis les petits plats dans les grands en proposant un objet au dos toilé et à la couverture rehaussée de reliefs formant pour l’héroïne une mantille mi broderie mi toile d’araignée.  A offrir aux esthètes.

 

TITRE : Carmen

AUTEUR : Lacombe (Illustrations) et Mérimée

EDITEUR : Soleil

GENRE : L’amour est un jeune anarchiste tchèque.  (Bravo à vous si vous avez compris celle-là…)

 

Denis MARC