Chroniques Express : Ira Dei & Il s'appelait Ptirou

Ira Dei - Il s'appelait Ptirou
3 images
Ira Dei - Il s'appelait Ptirou - © Dargaud - 2018 / Dupuis - 2017

Aujourd’hui, théma « Remontons le temps ».

Ira Dei

En 1040, les armées de Byzance tentent de reconquérir la Sicile, alors aux mains des Arabes. Alors que la ville de Taormine résiste à Harald, le terrible chef varègues à la tête des troupes byzantines, un Normand nommé Tancrède et un jeune moine, Étienne, légat du pape, proposent les services de leur petite troupe de mercenaires. À la demande d'Étienne, Tancrède se rapproche d'Harald et lui propose un marché: il fera tomber Taormine en trois jours, en échange de quoi il recevra les richesses de la cité. Même s'il comprend que Tancrède est en mesure de réaliser ce prodige, Harald se méfie de cet homme dont les yeux révèlent qu'il a "traversé les Enfers" et dont le passé mystérieux ressurgit peu à peu... Pourquoi l'Église a-t-elle fait de lui une arme au service de Dieu ? Et quelle revanche veut-il prendre aujourd'hui ?...  (Texte de l’éditeur)

 

Ce qu’on en pense :

Fan de grandes aventures épiques, de combats à l’épée et de complots, ceci est pour vous.  Scénarisé par Vincent Brugeas, historien de formation, le récit s’appuie si pas sur une vérité historique, au moins sur des sources fiables quant aux peuplades rencontrées dans l’album, aux costumes ou aux mœurs de l'époque.  Il soutient son récit par le dessin magistral de Ronan Toulhoat, avec qui il partage plusieurs séries déjà.  Au final, on obtient un vrai roman d’aventure dont cet album est le premier tome d’un diptyque.

 

TITRE : Ira Dei – L’Or des Caïds

AUTEURS : Toulhoat (D & C) et Brugeas (S)

EDITEUR : Dargaud

GENRE : Une épée, un bouclier Une belle armure Une grande monture Voici le redouté, le terrible, petit chevalier.

Il s’appelait Ptirou

La Grande Dépression fait rage à cette époque malmenée : tensions sociales, grèves et conflits sont le lot quotidien des entreprises industrielles. Celle de Henri de Sainteloi, grand patron de la Compagnie Générale Transatlantique, ne fait pas exception à la règle. Poussé par ses actionnaires à renégocier les frais de locations des quais, Monsieur de Sainteloi doit se rendre à New York et en profite pour y emmener sa fille unique, Juliette, ravissante enfant atteinte d'une grave insuffisance cardiaque. À des kilomètres de Paris, sur les rives pluvieuses de la Seine, le cirque Marcolini est en deuil : Madly, sa trapéziste vedette, est victime d'un tragique accident qui force Ptirou, son fils, à quitter les saltimbanques pour tenter sa chance en Amérique, là où, dit-on, tout est possible à qui poursuit ses rêves. Sur le paquebot en partance pour le Nouveau Continent, voici l'histoire d'une improbable rencontre, d'une aventure bouleversante. (Texte de l’éditeur)

 

Ce qu’on en pense :

Avant Munuera, Fournier, Jijé ou l’immense Franquin il y avait Rob-Vel.  De son vrai nom Robert Velter, c’est lui le créateur de Spirou, celui qui lui donna vie d’un coup d’Eau… de Vie.  Ressuscitant l’Oncle Paul et ses belles histoires, Verron et Sente imaginent les circonstances qui ont mené Velter à créer le personnage du groom dans une jolie histoire passablement émouvante mais pas gnan-gnan.  Je ne suis pas particulièrement fan du dessin de Verron, mais il s’acquitte fort bien de sa tâche en sachant donner au récit le côté bondissant qui est l’ADN du personnage.

 

TITRE : Il s’appelait Ptirou

AUTEUR : Verron (D) et Sente (S)

EDITEUR : Dupuis – Coll.  Le Spirou de…

GENRE : Il fait des bonds, il fait des bonds, Pleins d'impertinence, 

 

Denis MARC