Barack : Tu nous manqueras !

Barack
5 images
Barack - © Vadot

Comme en chaque fin d’année, les livres des dessinateurs de presse remplissent les étalages des libraires. Et j’aime assez la manière, tant au niveau du dessin que des mots, dont Vadot, par ailleurs auteur de bd, aborde le quotidien de notre petite planète.

Vadot, c’est un ton, c’est une approche graphique qui ne souffre pas le va-vite, c’est donc une réflexion qu’il porte à bout de crayon et qu’il partage depuis plusieurs années avec les lecteurs des magazines auxquels il collabore.

Le dessin de presse a ceci de particulier qu’il se doit, en un seul dessin, d’être comme un éditorial, de mettre en évidence des questions que tout le monde se pose, et, sans y apporter de réponse, d’y ouvrir des pistes de réflexion et d’analyse.

Vadot n’est pas un dessinateur d’humour, il se revendique dessinateur politique, proche par son dessin des politiciens, de leurs évidences visuelles, de leurs dérives aussi. Ce livre, à ce titre, évite le manichéisme sans pour autant se refuser au jugement…

D’août 2015 à septembre 2016, ce livre rassemble des dizaines de dessins qui forment le panorama d’une année vécue par tout un chacun. Mais, bien évidemment, il s’agit d’un panorama subjectif, au travers duquel Vadot se livre quelque peu, s’éloigne de ci de là des lignes éditoriales qui, au quotidien de son travail, le poussent malgré tout, toujours, à devoir correspondre à une manière de voir –et donc de montrer- les choses.

Même si la censure, dans la presse de notre petite Belgique, est loin d’être une réalité, il n’en demeure pas moins que les auteurs eux-mêmes, sans s’autocensurer pour autant, freinent parfois le fiel de leur pinceau ou de leur plume.

Dans ce livre, Vadot a eu toute la liberté de choisir les dessins qu’il voulait parmi son abondante production, d’y ajouter quelques-uns qui ne furent jamais édités. Le tout pour un résultat qui réussit à nous montrer notre monde, notre univers, à éveiller nos mémoires aussi, et à le faire avec une linéarité temporelle qui permet au lecteur d’entrer, en quelque sorte, dans un récit. Ce n’est pas de la bande dessinée, mais il y a, dans ce livre de Vadot, une véritable trame narrative, assez rare tout compte fait chez la plupart de ses confrères.

Il y a aussi, bien évidemment, le trait, d’abord et avant tout. Caricatural, oui, parce qu’au-delà de l’apparence et de la ressemblance, il faut que le dessin parle, dès le premier abord, de ce qu’est, profondément, le personnage représenté.

A ce titre, quelques dessins sortent du lot, incontestablement, par leur contenu, par une forme subtile de poésie qui les habite aussi : "Toots Thielemans", "putain de vendredi 13", ou la "piéta 2015" par exemple…

Nicolas Vadot porte des jugements, mais ils ne sont jamais vraiment à l’emporte-pièce. Il décrit plus qu’il ne dénonce, et il le fait avec un dessin de couleur, de mouvement, d’attitudes, un graphisme qui réussit, de bout en bout de ce livre, à être agréable à la vue comme à l’esprit…

Vadot, à sa manière, c'est un homme de liberté, de libertés plurielles même. C'est pour cela qu'il a décidé, pour cet album, de se faire auteur/éditeur... 

Pour ne pas oublier ce que furent ces derniers mois, pour ne pas oublier que les lendemains ne chantent pas toujours, pour continuer à oser sourire de l’inacceptable, voici, sans aucun doute, un livre qui aura sa place dans votre bibliothèque… Voire même au pied du sapin, très bientôt, pour des petits cadeaux souriants mais sérieux…

 

Jacques Schraûwen

Barack : Tu nous manqueras ! (auteur-éditeur : Nicolas Vadot, avec Sandawe)

 

Lien vers le site de Nicolas Vadot

Lien vers Sandawe