Astérix perd son créateur, Uderzo est décédé

Les débuts

Alberto Aleandro Uderzo naît en 1927 à Fismes dans la Marne. Il découvre la BD au travers de Mickey et durant la guerre travaille pour la Société Parisienne d’Edition ou il fera ses premières armes comme lettreur. Après un court passage par la case animation, il opte pour la BD avec Flamberge, une aventure de cape et d’épée qui sera sa première histoire complète. Entré au magazine OK, il y crée Belloy qu’il poursuivra par la suite à la disparition du journal.

 

La rencontre

En 1950, alors qu’il séjourne à Bruxelles, il rencontre Hubinon, Paape, Charlier et un certain René Goscinny qui va changer sa vie. Avec lui il créera – entre autre- Oumpah-Pah le peau rouge, une hilarante série qui revisite la colonisation canadienne par la France au XVIII ème siècle. Malgré les qualités du personnage, ils auront un peu de mal à l’imposer et il faudra une seconde mouture du héros pour qu’il rencontre le succès qu’il mérite. Ils abandonneront par la suite leur personnage pour se concentrer sur l’œuvre de leur vie.

 

Astérix et les années Pilote

Créé en 1959 par Charlier, Goscinny, Uderzo et quelques autres, le magazine Pilote va voir apparaître des personnages désormais classiques de la BD : Tanguy et Laverdure qu’il illustrera, mais aussi Philémon, Les Dingodossiers ou Achille Talon. Mais le grand succès du journal viendra des aventures d’Astérix le Gaulois qui assurera la gloire à Uderzo et Goscinny. Très pris par son nouveau héros et produisant environ un album par an, Uderzo abandonnera progressivement ses autres personnages pour se consacrer exclusivement au gaulois et au développement de ses produits dérivés.

 

La fin de carrière

La mort de Goscinny en 1977 sera pour Uderzo un coup terrible, il continuera néanmoins à produire des albums d’Astérix. Rapidement, il devra faire face aux critiques vis-à-vis de la qualité des albums bien que le ton général des premiers à être réalisés sans Goscinny soit conservé. Le temps passant, ses productions solos seront de plus en plus critiquées alors que le public reste bien présent et que les albums soient parmi les plus gros tirages de l’édition francophone. Après 54 ans de bons et loyaux services envers le petit village gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur, il passe la main à Conrad et Ferry pour la reprise d’Astérix.

 

Il est décédé cette nuit à son domicile de Neuilly d'une crise cardiaque.

 

Denis MARC

2 images
Astérix et Oumpah-Pah © Uderzo