Un photographe évoque sa relation toxique avec la malbouffe dans une série de photos

Erik Marcinkowski, un photographe canadien, a représenté en images son addiction à la malbouffe. Du bleu, du rose, des donuts, des burgers… Le photographe joue sur les codes de la culture POP pour dénoncer un vrai mal être.

L’addiction au sucre et à la malbouffe de manière générale est le fléau de notre époque. En effet, la tentation de la sucrerie entre les repas ou du bon gros burger frites du fast-food n’est jamais loin… Et ce n’est pas toujours facile de résister ! "Même si le chocolat n’a rien à voir avec une drogue dure comme la cocaïne, le sucre a des effets très puissants. Un neurobiologiste français a d’ailleurs comparé sur un rat l’effet de la cocaïne et celui du sucre et il en est ressorti que le sucre avait un effet addictogène plus important que la cocaïne", avance le professeur Philippe de Timary dans une interview de Véronique Thyberghien pour Tendances Premières.

Erik Marcinkowski, un photographe originaire de Toronto, a pris conscience il y a quelques années, de son addiction à la malbouffe. Ce mal-être, le photographe a décidé de le traduire à travers une série de photos. Celle-ci est intitulée "Discomfort Food", que l’on pourrait traduire par "Nourriture Malaisante". " Discomfort Food' est une série de photos sur mon corps, mon estime de moi et ma santé mentale à travers le prisme de la malbouffe. Plus précisément, la malbouffe dont j’abuse personnellement. Pour moi, c’est pizza, pâtes, pommes de terre, pop-corn, Pepsi, tarte. Glucides et sucre, crème glacée, hamburgers et frites salées !" explique le photographe à BoredPanda.

Cette série de photographies le mettant en scène avec ses aliments préférés a été l’occasion pour le photographe de se plonger dans une profonde introspection sur la relation malsaine qui le liait à la nourriture sucrée et grasse. Depuis la réalisation de ces photos (dont certaines remontent à 2018) Erik Marcinkowski explique qu’il va mieux : "J’ai développé une relation beaucoup plus heureuse et plus saine avec la nourriture. J’ai perdu environ 60 livres au cours des dernières années, à cause de changements alimentaires et en laissant derrière moi beaucoup d’aliments malsains qui sont le sujet de certaines des images ci-dessous." le 6 mars dernier, le photographe partageait une publication sur ses réseaux pour annoncer que cela faisait exactement 365 jours qu’il n’avait plus consommé de fast-food.

Suivez le travail du talentueux Erik Marcinkowski sur Instagram, Facebook et sur son site internet.