Quèsaco, le suburbcore ? Ce mouvement qui esthétise les espaces périurbains

Les espaces périurbains sont gagnés par le goût du moche. Dans la lignée de la mode, des artistes et plasticiens participent à rendre esthétique la "France moche". Et ce mouvement en marge porte un nom : le suburbcore.

"Ce que l’on trouve beau aujourd’hui sera effectivement peut-être moche demain", a déclaré Alice Pfeiffer dans une interview accordée à ETX Studio. Peut-être même qu’un jour, l’inverse se produira : ce que l’on trouve moche aujourd’hui sera beau demain.

Des artistes (photographes, plasticiens, architectes, vidéastes, etc.) participent à l’esthétisation de la France dite "moche" et s’insèrent dans le mouvement suburbcore. Zones industrielles, art, design, pavillons, voitures et culture des années 1980 et 1990, tout y passe dans ce mouvement qui tire son nom de la contraction de "suburbain" (ce qui entoure une ville) et "core" (signifiant le noyau, le cœur), l’essence même des zones périurbaines. En marge, ce concept ne court pas les écrits, mais peut être à la fois un sujet artistique et une stratégie de développement urbain.

2 images
French muscle car // Plan-de-Campagne, été 2018 © Xavier Lours/ xl.fotoclub (page Instagram)

Le suburcore représente ces territoires désertés, à l’architecture héritée de la période des Trente Glorieuses, marquée par une forte croissance économique et l’extension de zones urbaines. Le photographe Xavier Lours s’est par exemple penché sur les activités nocturnes de ces zones périurbaines et a délivré en 2018 un reportage sur les rodéos périurbains. Une histoire de bagnoles, de jeunes et de moins jeunes et de grandes enseignes.

Selon l’architecte Pierre Bernard à l’origine du projet Alterurbain, "on doit sûrement ce regain d’intérêt esthétique pour ces territoires à une génération empreinte de nostalgie et d’affection", analyse-t-il dans sa newsletter. Né dans ces années-là, l’architecte est convaincu que la ville de demain ne se construira pas dans les grands centres et les "Smart Cities".

L’esthétisme du suburbcore participera-t-il au regain des zones périurbaines ? Réponse dans quelques années…