L'addiction aux écrans représentée dans une série de photos troublantes

L'addiction aux écrans représentée dans une série de photos troublantes
L'addiction aux écrans représentée dans une série de photos troublantes - © Tous droits réservés

Les écrans font partie intégrante de nos vies. Parfois, ils sont même beaucoup plus présents que nous le pensons. Les regarder et les consulter à tout moment de la journée est carrément devenu un réflexe inconscient. Une addiction à découvrir dans une série de photos qui pose question.

Erick Pickersgill est un photographe professionnel basé en Caroline du Nord aux Etats-Unis. En 2014, il a commencé une série de photographies sur l’addiction aux écrans. Il l’a intitulée "Removed" car dans cette série de photos, les smartphones, tablettes et autres écrans que nous regardons "bêtement" plusieurs heures par jour, ont été effacés. La suppression de ces écrans sur les photos nous fait nous rendre compte à quel point nous avons l’air isolés lorsque nous regardons nos smartphones et tablettes.

lire aussi : La représentation du corps dans notre société déclinée en puzzles

Il y a quelque chose de paradoxal dans cette situation que nous vivons tous au quotidien. Que ce soit dans le bus, dans une file d’attente ou même à la maison : à table, dans son canapé, voire dans son lit, on fixe ces écrans de nombreuses heures en oubliant le monde qui nous entoure… "Malgré les avantages évidents que ces progrès technologiques ont apportés à la société, les implications sociales et physiques se révèlent lentement. De la même manière que la photographie a transformé l’expérience vécue en une expérience photographiable, performable et reproductible, les appareils personnels modifient les comportements tout en se fondant simultanément dans le paysage en prenant la forme comme étant un avec le corps" explique le photographe sur son site internet.

Erick Pickersgill a décliné sa série "Removed" en plusieurs versions. A l’origine, il a débuté sa série en 2014, chez lui, aux Etats-Unis. Tout a commencé dans un petit café New-Yorkais. Le photographe a été interpellé par le comportement de la famille installée à la table à côté de la sienne. Le père et les deux filles étaient tous les trois occupés sur leur téléphone, sans dire mot, tandis que la mère regardait par la fenêtre, triste et seule. Au bout de plusieurs minutes, la mère finit elle aussi par sortir son smartphone de son sac… Erick Pickersgill raconte ce souvenir sur son site en expliquant qu’il a été profondément attristé par le manque d’interaction et d’échanges que la technologie entraîne entre les membres d’une même famille. C’est ce qui l’a poussé à entamer cette série "Removed". En 2018, suite à un voyage en Asie, il a créé la série "Removed in ASEAN". Sur le même concept, Erick Pickersgill a pris des photos au Vietnam, au Myanman, à Singapour et en Indonésie, de personnes en train de fixer leur écran. Il a ensuite effacé tout appareil des photographies. Le résultat est le même : tout aussi dérangeant et troublant, que ce soit aux USA ou en Asie.

La série complète est à découvrir sur le site du photographe. Nul doute qu’après avoir vu ces photos, vous réfléchirez à deux fois avant de dégainer le smartphone de votre poche.