Un photographe belge propose une immersion dans le monde de la nuit queer à Londres

Immersion dans le monde de la nuit queer à Londres
2 images
Immersion dans le monde de la nuit queer à Londres - © Tous droits réservés

Le photographe belge Jean-François Carly vient de sortir une nouvelle série de photographies intitulée "Queen Adelaide", du nom d’un bar queer dans lequel il a pris plus de 15.000 photos ces 4 dernières années.

Jean-François Carly est un photographe belge installé à Londres depuis 1999. Talentueux, Jean-François Carly a collaboré avec de grandes marques et magazines : Hugo Boss, Margiela, les Galeries Lafayette, Vogue Homme, le New-York Times… Kate Moss et Viviane Westwood sont également passées devant son objectif ! "J’avais commencé des études de médecine à Woluwé et je me suis rendu compte que ce n’était pas mon truc. J’ai ensuite entamé des études de journalisme et communication et je me suis lancé dans la photo un peu par hasard" nous confie le photographe. "Mes premières photos mode c’était pour Olivier Strelli. J’ai ensuite été à Londres avec mon portfolio, je l’ai montré à droite et à gauche et ça a plu. C’est venu de manière innée, sans prétention."

Dans cette nouvelle série de photos qu’il a publiées sur son site internet, le photographe présente un travail différent de ce qu’il a l’habitude de faire dans les studios de mode. Il propose une immersion dans le monde de la nuit et plus précisément dans un bar queer située à l’est de Londres : le "Queen Adelaide".

La première fois qu’il a poussé les portes de ce bar, c’était un peu par hasard. Depuis, il y est retourné plusieurs fois chaque semaine. A chaque passage au "Queen Adelaide", Jean-François Carly a pris des photos avec son I-phone. En quatre ans, le photographe a pris plus de 15.000 clichés ! De cette collection, le photographe en a sélectionné 500 pour en faire une série de photos atypiques. Une sorte d’entrée dans l’intimité des artistes et clients de ce bar folklorique et multiculturel. "Au départ, je prenais des photos pour moi, pour documenter mes soirées. Je me suis rendu compte après quelques années du nombre de photos que j’avais prises et que cela constituait un "body of work" intéressant, qu’il y avait moyen d’en faire une série." nous explique le photographe. Ces photos sont spontanées et très intimes. On y voit des hommes et des femmes dans les coulisses du bar, en train de se refaire une beauté aux toilettes ou occupées à errer sur le trottoir en fin de nuit après la fermeture de celui-ci.

Cette série de photos devrait donner naissance à un livre et à une exposition d’ici la fin de l’année. La publication du livre ayant pris du retard suite à la pandémie de coronavirus. Un travail à suivre avec beaucoup d’intérêt.