Gaël Turine, un troisième projet pour "Visa pour l'image"

Rivières blessées
3 images
Rivières blessées - © Gaël Turine

Visa pour l’Image est un festival annuel consacré au photojournalisme. Il se tiendra dans la ville française de Perpignan du 1er au 16 septembre.

L’édition du trentième anniversaire présentera de nombreuses expositions de professionnels de la photo de presse qui couvrent l’actualité du monde. Le reportage est le genre photographique à l’honneur.

Gaël Turine est un photographe belge, auteur de nombreux projets : Aveuglément est un travail sur les coopératives pour aveugles en Afrique de l’Ouest réalisé en 2001. Avoir 20 ans à Kaboul est un portrait de la jeunesse afghane brossé en 2003. Voodoo est un projet sur les traces du culte vaudou publié en 2011. Visa pour l’Image avait déjà invité Gaël Turine en 2007 et en 2014 à présenter un premier reportage sur L’Erythrée et un deuxième travail sur le mur de 3 200 kms qui sépare l’Inde et le Bangladesh.

Une troisième participation lui permettra de présenter cette année les images d’un désastre écologique qui frappe les Rivières blessées de Dhaka, la capitale du Bangladesh. La rivière Buriganga et quatre autres cours d’eau qui traversent la ville forment un réseau fluvial contaminé par les déchets toxiques de l’industrie. La production textile est une des causes majeures de la pollution de l’eau et de l’équilibre écologique rompu. La couleur fluorescente des produits chimiques déversés inonde les canaux qui obstrués par les déchets rendent aussi les déplacements improbables. Les autorités corrompues affichent une totale indifférence à l’égard de la dégradation de l’environnement et à l’égard de la population de Dhaka, dix-huit millions d’habitants qui vivent dans la précarité ou la misère.

L'interview de Gaël Turine