Une étrange monnaie de plumes conservée dans les trésors du musée de la Banque Nationale

Une étrange monnaie de plumes conservée au musée de la Banque Nationale
4 images
Une étrange monnaie de plumes conservée au musée de la Banque Nationale - © Musée de la Banque nationale de Belgique

Les musées sont fermés, mais leur patrimoine reste vivant. On vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

Le musée de la Banque Nationale de Belgique expose de nombreux moyens de paiement d’autres époques et d’autres lieux. Qu’ils soient faits de métaux précieux, de pierre ou de coquillages, ils sont souvent étonnants pour nous qui avons l’habitude de régler nos achats en billets et cartes bancaires. L’une des plus surprenantes pièces de la collection est un rouleau de plumes d’oiseau provenant des îles Salomon.

De tout temps, les sociétés humaines ont utilisé une grande quantité d’objets et matériaux divers pour leurs transactions commerciales. Dans le bassin méditerranéen et ailleurs en Europe, l’utilisation des pièces métalliques est attestée dès l’Antiquité. Mais ailleurs dans le monde, et parfois depuis la Préhistoire, ce sont d’autres "monnaies marchandises" qui étaient vues comme bien plus précieuses que nos métaux, comme le fameux cauri, ce petit coquillage blanc qui a fait office de monnaie depuis l’Afrique jusqu’à la Chine.

► Découvrez, en photo, toute la collection de "monnaies marchandises" des 4 coins du monde, conservée au musée de la BNB

Ailleurs dans le monde, le commerce ne se fait pas forcément comme on l’entend en Europe. Dans de nombreuses sociétés, une monnaie ne sert pas seulement à acquérir un bien ou un service. Elle peut servir à un rite religieux, comme une offrande, ou a un but social bien précis. C’est le cas de notre "monnaie-plume".

Un objet précieux

On l’appelle "tevau". C’est un étrange double rouleau rouge de neuf mètres de long provenant de l’archipel de Santa Cruz, dans le Pacifique Sud, à près de 15.000 kilomètres de chez nous.

Il est fait de 50.000 à 60.000 plumes de myzomèle cardinal mâle, un petit passereau mangeur de miel. Il aura fallu entre 400 à 600 individus de cette espèce pour faire un seul exemplaire. Afin d’attraper l’oiseau, les chasseurs enduisaient des branches de jus de mûriers collant, et plumaient le volatile ainsi capturé, avant de le relâcher.

Pour produire un tel objet, 700 heures de travail étaient nécessaires, soit… un an complet. C’est également avec du jus de mûrier que les plumes sont collées les unes aux autres pour être montées sur une structure de fibre végétale. Plus la couleur était vive, plus l’objet avait de valeur. Le rouge était probablement une couleur sacrée, car associée aux divinités ou à la fertilité.

Cette monnaie était notamment utilisée dans les transferts matrimoniaux d’une île à l’autre, comme dote. Elle devait compenser, pour la famille de l’épouse, la perte d’une fille, et donc la perte d’un élément de main-d’œuvre.

Avec l’introduction du système monétaire occidental, apporté par la colonisation britannique, le tevau va petit à petit disparaître. Sa fabrication, transmise de père en fils, se perd définitivement à la mort du dernier artisan capable de réaliser ces objets, dans les années 1980. Sans utilité, beaucoup de tevau sont jetés au fil du temps, et la fragilité des matériaux, sensibles à l’humidité et aux moisissures, ne fait que les rendre de plus en plus rares. Les plus beaux exemplaires, d’un rouge vif (couleur qui a tendance à s’altérer avec le temps) sont très recherchés des collectionneurs et des musées. C’est donc une chance, pour le musée de la Banque Nationale, d’en posséder un.

En attendant la réouverture…

Le tevau est habituellement visible dans les vitrines du musée qui a rouvert ses portes en 2018. Vous devrez attendre avant d’aller le voir, mais vous pouvez tout de même admirer le musée de chez vous avec une visite virtuelle sur Google Street.

► Vers la visite virtuelle

Les enseignants et enseignantes trouveront leur bonheur dans une multitude de ressources pédagogiques mises en ligne par le musée : dossiers, jeux, bricolages, vidéos…

► Vers les ressources pédagogiques

Enfin, la chaîne Youtube du musée propose de petites capsules instructives pour tout vous expliquer de notre système monétaire et bancaire.