Un trésor de verre et de lumière à Namur : découvrez les rondels du TreM.a

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

Situé dans un hôtel de maître du 18e siècle, le Musée des Arts anciens du Namurois (TreM.a) abrite, derrière les stucs de sa façade classée au patrimoine exceptionnel de Wallonie, des véritables joyaux de l’art médiéval. On peut y voir le fameux Trésor d’Oignies, l’une des 7 merveilles de Belgique, mais aussi des sortes de fenêtres de verres, qui paraissent anodines au premier regard, mais sont en fait de précieux témoins d’une mode passée.

Qu’est-ce qu’un rondel ?

Au Moyen-Âge et aux Temps Modernes, Namur et sa province ont connu un important développement des arts verriers, dont il ne reste que peu de traces aujourd’hui. Parmi cette production artistique devait très certainement figurer la fabrication des rondels.

Les rondels sont de petits panneaux de verre incolore et circulaires (d’où leur nom), sur lesquels sont peints des dessins grâce à des oxydes métalliques. On les appelle parfois "vitrail d’appartement" ou "vitrail de cloître", pourtant un rondel n’est pas un vitrail. Techniquement parlant, un vitrail est un assemblage de pièces de verre colorées, fixées les unes aux autres avec des joints de plombs. Un rondel peut donc faire éventuellement partie d’un vitrail. On les nomme aussi "griset", car au départ, ils étaient colorés avec de la grisaille, un oxyde particulière. Avec le temps et la découverte de nouveaux oxydes métalliques, les couleurs des rondels se sont étoffées.

Méconnus dans notre patrimoine artistique, les rondels ont pourtant eu un grand succès en Europe occidentale, et surtout chez nous, entre le 15e et le 17e siècle. Cette décoration verrière était tellement à la mode, qu’on peut qualifier sa production intense de "proto-industrielle". Leur petit format était idéal pour les insérer partout, jusque dans les plus petites ouvertures lumineuses. On en retrouvait ainsi dans les églises, les bâtiments officiels ou les maisons luxueuses.

Les rondels représentent très souvent des sujets religieux, notamment des personnages et scènes de l’Ancien Testament. Mais on peut également trouver bien d’autres sujets, issus de la mythologie, de la vie quotidienne, ou représentant des armoiries.

Peu de rondels ont survécu aux affres du temps à cause de leur fragilité. La mode finissant par passer, beaucoup ont été jetés. Les rondels conservés à Namur sont donc devenus de rares objets.

Des rondels bien inspirés

Le TreM. a possède une belle collection de rondels exposée dans ses salles. Parmi eux, on retrouve trois allégories datant de 1612. L’Audition, le Toucher et la Foi sont personnifiées sur chacune des petites plaques de verre. Ces rondels sont les seuls survivants de deux séries, l’une représentant les 5 sens et l’autre les vertus.

6 images
Allégorie de la Foi © L. Schrobiltgen, Bruxelles
Allégorie de l'Ouïe © L. Schrobiltgen, Bruxelles.
Allégorie du Toucher © L. Schrobiltgen, Bruxelles.

La Foi est reconnaissable grâce à la croix et au calice qu’elle tient dans chaque main, l’Ouïe joue du luth écoutée par un cerf, et le Toucher a un oiseau dans la main et une tortue à ses pieds. Il ne s’agit pas de dessins originaux, la plupart des rondels existants sont inspirés d’autres œuvres, comme des gravures. Ainsi, l’Ouïe et le Toucher s’inspirent directement de gravures d’Adriaen Collaert, elles-mêmes inspirées des dessins de l’artiste néerlandais Maarten De Vos.

On ne sait pas réellement où ces rondels étaient placés, mais on suppose qu’ils proviennent d’une institution jésuite. L’un des médaillons arbore en effet leur emblème. On pense également que le décor de verre qui les entoure n’est pas celui d’origine, car les légendes en latin ne correspondent pas aux images, mais bien à d’autres sens ou vertus.

Le musée est ouvert !

Depuis ce 1er décembre, le TreM.a a rouvert ses portes au public, uniquement sur réservation. Vous pourrez ainsi aller admirer les nombreuses pièces de notre patrimoine médiéval.

► Pour réserver une visite, rendez-vous sur le site internet du musée

Vous pourrez ainsi visiter l’exposition temporaire Vert Désir, qui vous fera découvrir l’histoire de la couleur verte à travers quantité d’objets précieux en jade, malachite, ou encore serpentine, de la Préhistoire à nos jours.

Tenez-vous au courant de l’actualité du musée grâce à sa page Facebook et à son compte Instagram.