Un château classé au Patrimoine mondial ravagé par les flammes au Japon

Le château de Shuri, dans l'archipel méridional d'Okinawa au Japon, classé au Patrimoine mondial de l'Unesco, a été en grande partie détruit par un incendie dans la nuit de mercredi à jeudi.
8 images
Le château de Shuri, dans l'archipel méridional d'Okinawa au Japon, classé au Patrimoine mondial de l'Unesco, a été en grande partie détruit par un incendie dans la nuit de mercredi à jeudi. - © STR - AFP

Le château de Shuri, dans l’archipel méridional d’Okinawa au Japon, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, a été en grande partie détruit par un incendie dans la nuit de mercredi à jeudi. Ce château est au cœur d’un important complexe architectural remontant au royaume de Ryukyu, et aurait été utilisé à partir du XVe siècle. La structure en bois détruite était une reconstruction effectuée après la guerre, à partir de photographies et de plans anciens. Des images de télévision prises au milieu de la nuit montraient de grandes flammes orange envahissant le complexe historique, situé sur une colline surplombant Naha, la capitale d’Okinawa. Aucun blessé n’a été signalé, selon les pompiers.

Vers 7h30 locales (23h30 HB), l’incendie avait été maîtrisé, mais de la fumée blanche continuait de s’échapper en plusieurs endroits et des pompiers continuaient à utiliser des lances à eau dans la matinée, selon des images de la télévision publique japonaise NHK. "Tous les principaux bâtiments ont entièrement brûlé", a déclaré jeudi matin Daisuke Furugen, un responsable des pompiers de Naha. "Nous poursuivons nos efforts avec 30 camions incendie et une centaine de pompiers", a-t-il ajouté. La raison du sinistre n’était pas encore déterminée, mais une alarme de sécurité s’est déclenchée vers 2h30 du matin, avait expliqué plus tôt Ryo Kochi, un porte-parole de la police d’Okinawa.

Véritable forteresse, avec ses imposants murs d’enceinte, ses portes monumentales et ses nombreux pavillons, le château de Shuri était le centre politique, diplomatique et culturel du royaume indépendant de Ryukyu (XVe-XIXe siècles), carrefour des échanges entre l’Asie du Sud-Est, la Chine, la Corée et le Japon.