Les précieux manuscrits de Christine de Pizan, première femme auteure à succès, au KBR Museum

Les manuscrits de Christine de Pizan
5 images
Les manuscrits de Christine de Pizan - © KBR

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus

Le KBR Museum présente, en temps normal, l’exceptionnelle collection des manuscrits des ducs de Bourgogne. Patrimoine d’une rare valeur, ces livres médiévaux ont été rassemblés il y a 600 ans par Philippe le Bon. Parmi ces trésors, des manuscrits enluminés de L’Epître d’Othéa, un texte de Christine de Pizan, l’une des premières autrices de notre Histoire.

Femme et écrivaine

Christine de Pizan a marqué l’Histoire littéraire francophone, car elle est l’une des premières, et des rares, autrices de l’époque médiévale à connaître un succès phénoménal. Ses textes sont copiés pour devenir de prestigieux manuscrits offerts aux nobles de son époque, dont Philippe le Bon, duc de Bourgogne et également souverain de nos régions.

Elle naît vers 1364 à Venise. Dans sa jeunesse, elle s’installe à Paris avec sa famille, son père médecin étant appelé à la cour du roi de France. Mariée à 15 ans, sa vie dépend des hommes qui l’entourent, même si ceux-ci sont plutôt progressistes pour l'époque. Son père lui offre une éducation lettrée et son mari pourvoit aux besoins financiers de la famille. Mais tous deux meurent rapidement. Christine devient veuve à 25 ans, et doit prendre en charge ses enfants et sa mère. Elle refuse de se remarier ou d’entrer au couvent, comme il est alors d’usage pour une veuve, et pour gagner sa vie, elle décide d'utiliser sa plume.

A l’époque, les femmes peuvent écrire, mais sont cantonnées à certains genres littéraires. Christine écrit donc des poèmes courtois qui ont un grand succès, lus jusqu’au sein de la famille royale. Petit à petit, elle devient une auteure majeure et va inclure dans ses textes des opinions plus critiques, parlant toujours en "je", fait rare au Moyen-Âge. Elle est la première femme connue à vivre de ses écrits.

Mais ce qui caractérise son œuvre, ce sont surtout les dénonciations de la condition des femmes qu’elle y fait. Elle critique les codes masculins de l’amour courtois et le rôle restreint donné aux femmes dans la littérature ou dans le discours de l’Eglise, ainsi que l’image négative qui leur est donnée. Dans une société médiévale largement patriarcale, voilà qui détonne. Bien sûr, parler de féminisme au Moyen-Âge serait anachronique, Christine de Pizan ne s’est pas battue pour une égalité des genres, concept qui n’existait alors pas. Mais elle est devenue, au XXe siècle, un symbole de la lutte pour les droits des femmes.

L’Epître d’Othéa, best-seller médiéval

C’est le premier ouvrage en prose de Christine de Pizan, écrit vers 1400 sous forme d'"épître", c’est-à-dire un texte rédigé sous forme épistolaire. Othéa, déesse fictive de la sagesse et de la prudence, s’y adresse au prince Hector de Troie, héros de l’Iliade, âgé de 15 ans. L’œuvre allégorique veut apprendre à tout bon chevalier la bonne gouvernance ainsi que les devoirs moraux et spirituels à respecter dans le cadre de sa fonction.

Le texte est loin d’être rare, car beaucoup de copies d’époque existent encore aujourd’hui, attestant du succès remporté par l’œuvre au XVe siècle.

La Bibliothèque royale de Belgique possède plusieurs versions du texte, et deux sont exposées dans le KBR Museum. L’une d’elles est unique, car tant l’écriture, que les enluminures, et la reliure sont entièrement faites à la main. Le premier manuscrit, réalisé vers 1460 possède plus de 100 illustrations enluminées. Le deuxième date de la première moitié du XVe siècle. Tous deux ont appartenu personnellement à Philippe Le Bon, avant d’être confisqués par les révolutionnaires français en 1794, lorsque le territoire belge est annexé. Ils reviennent à Bruxelles en 1815, et n’ont quitté les réserves de KBR qu’en 2020 pour être exposés dans le nouveau musée.

En attendant la réouverture…

Les manuscrits de Christine de Pizan sont entièrement digitalisés, comme tous les chefs-d’œuvre de la librairie des ducs de Bourgogne. Vous pouvez feuilleter ce précieux patrimoine en attendant de les découvrir en tête-à-tête au KBR Museum.

► Vers le catalogue des manuscrits digitalisés