La veste d'un général nazi repenti, relique de la bataille des Ardennes, au Bastogne War Museum

La veste d'un général nazi repenti, relique de la bataille des Ardennes au Bastogne War Museum
7 images
La veste d'un général nazi repenti, relique de la bataille des Ardennes au Bastogne War Museum - © Tous droits réservés

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

Le Bastogne War Museum commémore et explique au public la terrible bataille des Ardennes. Parmi ses collections, on trouve une veste de cuir qui a appartenu à un personnage étonnant…

Se souvenir de la guerre

En Belgique, on connaît bien l’épisode de la bataille des Ardennes, tant elle a meurtri le pays. Nous sommes à l’hiver 44-45, et l’armée allemande bat en retraite devant les troupes alliées. La Belgique est fraîchement libérée de l’occupation nazie, mais Hitler ne compte pas en rester là. Avec ses généraux, il prévoit une contre-attaque pour reprendre l’avantage, et surtout récupérer le port d’Anvers, point stratégique par excellence. Ce plan passe par le sud du pays, dans les provinces de Luxembourg, Liège et Namur, ainsi qu'au Grand-Duché, pour remonter vers la ville flamande. Mais la wehrmacht n’y arrivera jamais. Les soldats américains et britanniques tiendront bon, malgré la neige et l’hiver glacial, malgré les bombardements meurtriers, et repousseront les Allemands à la frontière. On estime le nombre de soldats tués à plus de 36.500, et à 2500 le nombre de civils belges.

La bataille est un vrai tournant de la Seconde Guerre mondiale, et un traumatisme pour nombre de soldats américains. Dans les années qui suivent le conflit, le besoin naît, tant en Belgique, qu’aux Etats-Unis et en Allemagne, de commémorer cet événement sur les lieux mêmes de son déroulement. Ainsi, en 1950, est inauguré le célèbre Mardasson, à Bastogne. L’imposant monument, en forme d’étoile, rend hommage aux victimes américaines de la bataille. Nombreux ont été les présidents des USA à le visiter, et les cérémonies du souvenir à s’y dérouler. Mais ce n’est que le plus connu des exemples de monuments commémoratifs, car dans presque toutes les communes qui ont été touchées par l’offensive, on en retrouve au moins un (généralement de tailles plus modestes, il est vrai).

Le site du Mardasson se démarque cependant par la présence du Bastogne War Museum. Inauguré en 2014, le musée est pourtant plus ancien que cela. En 1950, un tout petit musée amateur ouvre ses portes dans les environs du nouveau monument. Très vite, des dizaines de pièces en rapport avec la bataille lui sont envoyées par d’anciens militaires des deux camps. Cette collection va grandir au fur et à mesure des décennies, et remplir l’actuel musée.

La veste du repenti

Parmi tous les objets collectés, se trouve une veste en cuir que son singulier propriétaire a légué lui-même au musée.

Le général Hasso Eccard von Manteuffel est issu de l’aristocratie allemande, celle qui n’aime pas tout à fait Hitler sans pour autant vraiment s’opposer frontalement à lui. Militaire de carrière, il gagne ses galons durant les combats, et se retrouve, en décembre 1944, à la tête de la 5e armée allemande sur le front des Ardennes.

Malgré l’échec de l’offensive il parviendra quand même à s’approcher de la Meuse, ses troupes effectuant la plus profonde percée de la bataille. Il fait demi-tour en janvier 1945, par manque d’hommes et de carburant pour ses blindés. Interné dans un camp de prisonniers jusqu’en 1947, le général va mener la vie d’un repenti, et répondre de ses actes devant la justice allemande. Il se reconvertit dans la politique, et est élu au parlement d’Allemagne de l’Ouest entre 1953 et 1957, en tant que libéral. Il y milite pour la création d’une nouvelle armée allemande plus démocratique et d’une communauté européenne de défense. En 1968, il est même reçu à la Maison blanche par le président Eisenhower, son ancien "ennemi" à Bastogne, et enseigne aux Etats-Unis.

C’est en personne qu’il lègue sa veste militaire au Bastogne Historical Center dans les années 1970. Le vêtement a été porté après la guerre par l’officier durant sa captivité jusqu’en 1947. Remarquablement bien conservée, la veste est exposée face à un uniforme identique à celui porté par le général Omar Bradley, son rival durant la bataille.

Le musée est bientôt rouvert !

Le Bastogne War Museum vient de temporairement fermer ses portes, plus à cause de la crise sanitaire cette fois, mais pour faire peau neuve ! Il rouvrira le 4 février prochain.

En attendant, vous pouvez visiter le musée virtuellement depuis chez vous, ou vous abonner à ses réseaux sociaux sur Facebook ou sur Instagram.

Sur Youtube, vous pourrez trouver plusieurs témoignages filmés de vétérans ou de civils dans le cadre de l’opération "Digital Nuts Weekend".