La "Schuster", une invention belge qui a changé le voyage en train, à voir à Train World

La "Schuster", une invention belge qui a révolutionné le chemin de fer, à voir à Train World
3 images
La "Schuster", une invention belge qui a révolutionné le chemin de fer, à voir à Train World - © 2020 - Fondation Epicentro pour la SNCB

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

Direction Train World, où est exposé un objet au design curieux, qui a profondément modifié les habitudes de voyages dans nos gares. C’est la machine "Schuster", invention belge, qui nous intéresse aujourd’hui.

La Belgique, terre de chemins de fer

Saviez-vous que la Belgique a été le premier pays d’Europe continentale à disposer du chemin de fer ? C’était en 1835, avec la ligne Malines-Bruxelles qui ne sera que la première d’un vaste réseau ferroviaire. Auparavant, la Belgique repose essentiellement sur ses canaux et voies navigables pour le transport commercial. Alors, lorsque l’Angleterre met au point la première locomotive à vapeur circulant sur des rails, on y voit une opportunité à saisir.

Il faut dire qu’à l’époque, le transport fluvial n’a pas le vent en poupe…les Pays-Bas, dont la Belgique vient de se séparer, ne reconnaissent pas notre jeune pays, et font tout pour le récupérer. Or la majorité des canaux mènent vers notre voisin hostile, et le port d’Anvers voit son accès à la mer bloqué par le conflit. Il faut donc un nouveau moyen de transport pour assurer la pérennité économique de la nouvelle nation, on mise sur les chemins de fer.

Les autorités, poussées par les édiles économiques comme Cockerill, s’engagent donc dans un impressionnant développement, pour relier les bassins miniers et sidérurgiques, les grandes villes et les ports. Pas moins de 560 km sont construits en 10 ans. Si dans un premier temps, les lignes sont construites et exploitées par l’Etat, le succès de l’aventure intéresse vite des compagnies privées. Résultat, la densité du réseau en Belgique est particulièrement importante, avec des gares présentes même dans des petites communes peu habitées.

Bien sûr, qui dit vaste chemin de fer, dit évolutions technologiques indispensables. Et en 185 ans d’histoire, le réseau en a connu des changements. Prenons par exemple son électrification quasi totale, qui relègue les locomotives au charbon ou à essence dans les hangars (et les musées). Pour les voyageurs et les voyageuses aussi, l’évolution du transport en train se fait ressentir, et pas seulement dans le confort des fauteuils de la première classe. La machine Schuster est un exemple de ces améliorations concrètes.

Une machine pour les poinçonner tous

A l’arrivée des trains de voyageurs en Belgique, il n’y a pas encore vraiment de tickets. Les contrôleurs doivent rédiger à la main chaque billet pour chacun des passagers et chacune des passagères. Un nouveau système est, une fois encore, importé d’Angleterre dans les années 1840. Il permet aux contrôleurs d’utiliser des tickets pré-imprimés. Le souci, c’est qu’il faut en imprimer pour chaque itinéraire possible. Vu le nombre de gares en Belgique, on imagine la quantité astronomique de tickets qui doivent être produits et stockés par les compagnies de chemins de fer. Ce système sera pourtant utilisé pendant plus d’un siècle chez nous.

C’est un Belge, M. Schuster, qui invente, en 1947, la machine qui va véritablement changer le quotidien du personnel de la SNCB et faciliter le voyage des passagers et passagères. Avec ses courbes aérodynamiques qui lui donnent des airs de locomotive à la fois vintage et futuriste, la machine Schuster va se répandre dans toutes les gares du pays. Avec elle, terminé les gros stocks de tickets à distribuer. Elle imprime automatiquement des petits coupons roses en carton, dont les plus anciens et anciennes d’entre nous se souviennent encore.

A partir d’une grande table de clichés, guichetiers et guichetières sont désormais capables de sortir ces petits billets qui contiennent la destination, le prix, la date, sans devoir utiliser leur stylo. La machine est en quelque sorte l’ancêtre de nos actuels distributeurs présents sur nos quais, sauf qu’il faut une personne pour faire le relais entre la machine et les informations données par les navetteurs et navetteuses.

En 1978, l’informatique prend petit à petit le pas sur la mécanique derrière les guichets de la SNCB, et la Schuster est petit à petit remplacée par un ordinateur. Elle est tout de même utilisée dans certaines petites gares jusque dans les années 1990, mais ses exemplaires sont maintenant des pièces de musée.

 

Le musée est ouvert !

Situé juste à côté de la gare de Schaerbeek, Train World vous ouvre ses portes du mardi au jeudi, entre 10h et 17h. Cliquez ici pour obligatoirement réserver vos entrées.

Ne manquez pas l’expo temporaire Choco Loco et ses sculptures en chocolat, jusqu’au 21 février 2021.