La carte Utopia du cartographe anversois Abraham Ortelius protégée comme pièce maîtresse

Un gros plan sur la carte Utopia d'Abraham Ortelius
2 images
Un gros plan sur la carte Utopia d'Abraham Ortelius - © DIRK WAEM - BELGA

La carte Utopia d'Abraham Ortelius est définitivement protégée en tant que pièce maîtresse, a indiqué la section Arts et Patrimoine du ministère flamand de la Culture sur son site internet. Le cartographe anversois avait réalisé cette carte en 1595-1596 d'après le livre Utopia de l'humaniste Thomas More.

Le livre, qui date de 1516, décrit une société idéale, gouvernée exclusivement par la raison et où l'égoïsme serait interdit. L'ouvrage a été le plus influent jamais publié aux Pays-Bas et a annoncé le début du modernisme. Abraham Ortelius, qui était lié à l'imprimerie Plantin-Moretus, s'est appuyé sur les détails du livre pour concevoir sa carte, qui a également obtenu le statut d'icône.

La carte, de 380 sur 475 mm, avait été imprimée à l'époque en douze exemplaires à Anvers mais il n'en subsiste aujourd'hui qu'une seule impression. Un collectionneur privé l'avait mise en vente courant 2018 et la Fondation Roi Baudouin avait alors déboursé 175.000 euros pour en devenir propriétaire. Elle a ainsi pu revenir au Musée Plantin-Moretus à Anvers.

Le décret flamand sur les pièces maîtresses prévoit la protection du patrimoine culturel mobilier, à savoir des objets ayant une signification archéologique, historique, historico-culturelle, artistique ou scientifique particulière. La reconnaissance de ce statut pour la carte Utopia signifie que des mesures de protection spéciales et des restrictions à l'exportation s'appliqueront désormais à l'œuvre et qu'il est possible de demander des subventions pour sa restauration.