L'histoire derrière l'incroyable découverte archéologique de Sutton Hoo

L'histoire derrière l'incroyable découverte archéologique de Sutton Hoo
7 images
L'histoire derrière l'incroyable découverte archéologique de Sutton Hoo - © Tous droits réservés

La fouille archéologique de Sutton Hoo a marqué l’Angleterre. Son histoire est revenue sur le devant de la scène dans The Dig, film porté par Ralph Fiennes et Carey Mulligan. Retour sur une découverte épatante de l’un des plus beaux trésors du Moyen-Âge.

Nous sommes au beau milieu des prés du Suffolk, dans l’est de l’Angleterre, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Ce paysage de campagne est relativement plat, à l’exception de modestes reliefs situés sur un pâturage appartenant à une riche veuve, Edith Pretty. Ces reliefs, ce sont des tertres, des tombes datant du Moyen-Âge. Bien connu des archéologues, ce genre de site renferme habituellement de nombreux artéfacts enterrés là avec les défunts.

Curieuse de savoir ce qui peut se trouver sous ces monticules de terre, Edith Pretty engage, en 1938, un terrassier et archéologue amateur, Basil Brown, pour démarrer des prospections. Brown trouve d’abord de petits objets en métal, des rivets, des fragments de bois. En 1939, quelques semaines avant la guerre, c’est une découverte phénoménale qui est faite dans les prés de Mrs. Pretty, alors que personne ne s’y attendait.

Un bateau sous terre

Alors que la côte se trouve à une quinzaine de kilomètres, c’est bel et bien un navire, de 27m de long et 4,2m de large (l’un des plus grands bateaux-tombes jamais découverts dans le monde), qui est dégagé de la boue du Suffolk.

Les bateaux-tombes ne sont pas inconnus, plusieurs ont été retrouvés en Scandinavie ou en Russie, et certains refont encore surface aujourd’hui. On ne sait pas si le bateau a réellement navigué ou a été construit pour l’enterrement.

La tradition d’enterrer les morts les plus prestigieux dans une embarcation est surtout, à l’époque de la découverte, connue des Vikings. C’est pourquoi l’on pense d’abord que la tombe date de l’époque où la Grande-Bretagne était sous domination viking. Mais il n’en est rien, car les artéfacts trouvés sont bien plus anciens, et vont bouleverser ce que l’on pensait savoir.

Car il s’avère que les objets précieux que l’on retrouve dans le bateau et sa chambre funéraire sont en réalité saxons, et datent du 7e siècle, soit un siècle avant l’arrivée des premiers Vikings.

Ce qui change réellement les choses, c’est qu’à l’époque de la trouvaille, la culture saxonne est vue comme arriérée et "barbare", comme beaucoup de peuples anciens, non-chrétiens ou non-européens. Pourtant, les bijoux et autres objets précieux trouvés sont d’une impressionnante qualité, et témoignent d’une maîtrise absolue des techniques artistiques. On retrouve ainsi des épaulettes, des boucles de ceintures, de la monnaie, de la vaisselle ou des armes, et dont le raffinement témoigne de l’importance du défunt. Plus de 250 objets seront ainsi mis au jour.

On ne sait toujours pas réellement qui était l’occupant de cette tombe, car très peu de restes humains ont été récoltés. Les théories penchent pour un roi saxon, Raedwald, mort vers 624. La pièce la plus marquante du trésor est probablement le masque funéraire du présumé souverain, dont les fragments sont dans un état de conservation exceptionnel.

Alors que selon la loi, elle pourrait garder toutes les découvertes pour elle, Edith Pretty décide de léguer le trésor au British Museum de Londres, afin qu’il soit exposé à tous les regards. Il est devenu l’une des pièces majeures de l'’institution.

L’incroyable découverte de Sutton Hoo a été portée à l’écran cette année, dans le film The Dig. Carey Mulligan incarne Edith Pretty (qui était en réalité bien plus âgée que l’actrice), et Ralph Fiennes est Basil Brown. Certes romancé, le film a eu le mérite de mettre en avant le travail des archéologues, et surtout celui de Brown qui, pendant des années, n’a reçu aucun crédit et aucune citation sur la découverte. Une injustice réparée par la British Museum depuis lors.

► Ecoutez le podcast de Paroles d’histoire au sujet de la découverte et de l’adaptation cinématographique

A Sutton Hoo, il reste encore des dizaines de tumuli et de tombes qui n’ont pas été fouillées par les scientifiques, promettant encore de belles découvertes dans les années à venir.